À la recherche de la dépouille de Cervantes

28/04/14 à 11:01 - Mise à jour à 11:01

Source: Le Vif

Ce lundi, près de quatre siècles après son décès en 1616, une équipe de scientifiques tentera de retrouver la dépouille du célèbre romancier espagnol Miguel de Cervantes. Sa sépulture se trouverait sous l'église madrilène des Trinitaires.

À la recherche de la dépouille de Cervantes

© Thinkstock

L'équipe de scientifiques composée d'un expert en géoradar, d'un anthropologue légiste et d'un historien cherchera un homme âgé de 70 ans à la main gauche atrophiée, atteint d'arthrite, et blessé à la poitrine.

Comme le rapporte le quotidien espagnol El País, Luis Avial, chargé de la première phase des recherches utilisera un géoradar, un appareil qui émet des ondes électromagnétiques et détecte les changements de propriétés des matériaux du sous-sol pour créer un aperçu des cavités et des murs souterrains de l'église et radiographier les ossements enterrés sous l'édifice.

Ensuite, l'anthropologue légiste Francisco Etxeberría procédera aux fouilles archéologiques qui devraient permettre à l'historien Fernando Prado d'analyser les restes de l'écrivain en collaboration avec l'université du Pays basque et l'université Complutense de Madrid. Les scientifiques tenteront d'effectuer une reconstruction faciale du romancier.

Pas d'analyse ADN

Privés de personnes avec qui le comparer, les chercheurs n'ont pas prévu d'analyse ADN du corps de l'auteur. Cervantes avait un fils décédé sans postérité et sa fille Isabel a donné le jour à une petite fille morte en bas âge. Même si son frère Rodrigo a laissé une descendance, l'ADN en commun avec l'homme de lettres serait trop dilué pour effectuer une comparaison valable. Les scientifiques devront donc se baser sur les caractéristiques physiques de la dépouille pour établir avec certitude qu'il s'agit bien du père de Don Quichotte.

Précurseur du roman moderne, L'Ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche est considéré comme un chef-d'oeuvre de la littérature espagnole.

En savoir plus sur:

Nos partenaires