A Calais, des migrants se cousent la bouche pour protester contre le demantèlement du camp

02/03/16 à 21:37 - Mise à jour à 21:37

Source: Afp

Huit migrants iraniens se sont cousus la bouche avec des aiguilles et du fil mercredi pour protester contre le démantèlement partiel du camp français de Calais (nord) entamé lundi par les autorités.

A Calais, des migrants se cousent la bouche pour protester contre le demantèlement du camp

© AFP

Ces migrants ont brièvement défilé dans une allée de la "jungle", la bouche partiellement cousue, ont constaté une vidéaste et un photographe de l'AFP.

"We are humans" ("nous sommes des humains") ou encore "Where is your democracy? Where is our freedom?" ("Où est votre démocratie? Où est notre liberté?"), pouvait-on lire sur deux des pancartes brandies.

"Ils nous ont sollicités pour qu'on leur couse la bouche, nous avons bien sûr refusé", a rapporté à l'AFP Olivier Marteau, responsable de Médecins sans frontières (MSF) pour Calais.

"Ils ont fait ça eux-mêmes de façon peu sanitaire, en stérilisant des aiguilles en les chauffant", a-t-il ajouté.

Depuis le début de la semaine, les autorités françaises ont entrepris de détruire les cabanes de fortune des migrants installés dans la partie sud du camp, le plus grand bidonville de France qui abritent des milliers de personnes cherchant à rejoindre l'Angleterre.

L'Etat cherche à les reloger dans des centres d'accueil à Calais ou ailleurs sur le territoire français.

Selon le responsable de MSF, le geste des migrants "montre bien que les solutions proposées ne leur conviennent pas".

"Ces huit Iraniens se sont cousus la bouche parce que leur cabane venait d'être détruite", a abondé François Guennoc, de l'association L'Auberge des migrants.

Des heurts avaient opposé lundi migrants et militants associatifs aux policiers anti-émeutes.

La partie sud de la "jungle" abrite entre 800 et 1.000 migrants selon les autorités, mais près de 3.500 d'après les associations. Entre 3.700 et 7.000 migrants au total, surtout Syriens, Afghans et Soudanais, survivent dans des conditions précaires sur l'ensemble du camp.

Nos partenaires