53 pro-Kadhafi probablement exécutés sommairement

24/10/11 à 12:24 - Mise à jour à 12:24

Source: Le Vif

L'organisation Human Rights Watch (HRW) a affirmé que 53 personnes, a priori des partisans de Mouammar Kadhafi, avaient probablement été exécutées sommairement dans un hôtel de Syrte, dernier bastion loyaliste à être tombé en Libye.

53 pro-Kadhafi probablement exécutés sommairement

© Image Globe

Human Right Watch a appelé le Conseil national de transition (CNT) à "mener immédiatement une enquête transparente sur ce qui ressemble à une exécution de masse et à présenter les responsables devant la justice".

Dimanche, "nous avons trouvé 53 corps en décomposition, apparemment des partisans de Kadhafi, dans un hôtel abandonné de Syrte. Certains avaient les mains ligotées derrière le dos quand ils ont été tués", a déclaré Peter Bouckaert, un responsable de HRW, qui a enquêté sur ces meurtres.

Des combattants anti-Kadhafi originaires de Misrata tenaient ce secteur depuis début octobre, selon des témoins interrogés par l'ONG. L'état des corps suggère que les victimes ont été tuées entre le 14 et le 19 octobre, a indiqué HRW, en précisant que "les corps étaient regroupés sur le pelouse du jardin de l'hôtel (...), apparemment là où ils ont été tués".

"Ce dernier massacre semble faire partie d'une série de meurtres, pillages et autres abus commis par des combattants anti-Kadhafi armés se considérant comme au-dessus de la loi", affirmé M. Bouckaert.

"Si le CNT n'enquête pas sur ce crime, cela donnera le signal que ceux ayant combattu Kadhafi peuvent faire n'importe quoi sans craindre d'être poursuivis", a-t-il souligné.

Un journaliste s'étant rendu samedi à l'hôtel Mahari avait vu plus de soixante corps pourrissant sur la pelouse, certains ligotés, souvent la tête trouée d'une balle. Des combattants pro-CNT avaient affirmé qu'il s'agissait des leurs.

"L'hôtel servait de prison aux hommes de Kadhafi, qui y détenaient nos hommes. On l'a trouvé le jour où Kadhafi est mort (jeudi, NDLR)", avait expliqué un combattant pro-CNT, Charif Ahmad Charif. "Les hommes de Kadhafi ont exécuté les prisonniers avant de partir", avait-il ajouté, tandis que ses frères d'armes approuvaient.

Le Vif.be, avec Belga

Nos partenaires