2017, l'année où le Califat de Daech tomba... sans pour autant arrêter ses attaques

01/01/18 à 11:28 - Mise à jour à 11:29

Source: Le Vif/l'express

La reprise de Raqqa marque la chute de la "capitale" de l'Etat islamique. Mais pas la fin des attaques djihadistes. En Syrie, Bachar al-Assad a gagné la guerre. Grâce surtout à la Russie, qui a les cartes en main.

L'offensive sur la ville syrienne de Raqqa, "capitale" de l'Etat islamique, aura duré sept mois. La victoire, remportée en octobre par les forces arabo-kurdes soutenues par les Etats-Unis, marque la fin de ce proto-Etat et de ce qu'il prétendait être, avec un territoire, une armée, des ressources... Jadis, Raqqa, sur l'Euphrate, avait été une place forte du califat abbasside pendant près de cinq siècles. Le califat de l'Etat islamique, lui, n'aura duré que trois petites années. C'est là qu'ont afflué des milliers de djihadistes étrangers. C'est là aussi qu'ont été planifiés la plupart des attentats terroristes qui ont frappé l'Europe.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires