121 millions d'enfants et d'adolescents n'ont jamais commencé l'école ou ont abandonné

19/01/15 à 13:41 - Mise à jour à 13:41

Source: Belga

Environ 63 millions d'adolescents âgés de 12 à 15 ans sont privés de leur droit à l'éducation, ressort-il lundi d'un rapport de l'Unicef et l'Unesco. Au total, 20% des adolescents dans le monde ne sont pas scolarisés, pour 9% des enfants d'âge primaire, constatent les deux organisations des Nations Unies.

121 millions d'enfants et d'adolescents n'ont jamais commencé l'école ou ont abandonné

© Reuters

Au total, 121 millions d'enfants et d'adolescents n'ont jamais commencé l'école ou ont abandonné, malgré la promesse de la communauté internationale de réaliser l'enseignement primaire universel d'ici 2015, déplorent l'Unicef et l'Unesco. "Les données démontrent que presque aucun progrès n'a été accompli pour réduire ce nombre depuis 2007. Les enfants vivant dans des zones de conflit, les enfants qui travaillent et ceux qui sont victimes de discrimination fondée sur l'ethnicité, le sexe ou le handicap sont les plus marginalisés." Si les tendances se poursuivent, 25 millions d'enfants sont susceptibles de ne jamais mettre les pieds dans une salle de classe, prévoient les organisations des Nations Unies respectivement dédiées à l'Enfance et à la Culture et l'Education. Le rapport "démontre qu'atteindre les plus marginalisés pourrait coûter plus cher, mais que de meilleures statistiques et des outils novateurs peuvent aider les gouvernements et les bailleurs de fonds à dépenser plus sagement leurs budgets de l'éducation", concluent ses auteurs. "Construire des écoles ne suffira pas", insistent l'Unicef et l'Unesco, "à moins que les décideurs politiques ne mettent en place des interventions précises pour résoudre les obstacles auxquels ces enfants et adolescents font face", tels que la discrimination sexuelle, les conflits, le handicap, le travail ou encore la barrière linguistique. "Qu'il s'agisse de l'expansion des systèmes d'éducation, de cibler les enfants les plus marginalisés ou de combiner les deux approches, les décideurs politiques devront trouver d'importantes ressources additionnelles."

En savoir plus sur:

Nos partenaires