Interdiction du voile à Boom: Bourgeois n'est pas d'accord mais n'annonce pas de mesures

22/04/13 à 14:20 - Mise à jour à 14:20

Source: Le Vif

(Belga) Le ministre flamand de l'Intégration, Geert Bourgeois (N-VA), est opposé à l'interdiction de porter des signes religieux lors des séances du conseil communal décidée à Boom, en province d'Anvers, a indiqué lundi son cabinet. Aucune mesure n'est toutefois annoncée par celui qui est également en charge des affaires intérieures au gouvernement flamand.

Interdiction du voile à Boom: Bourgeois n'est pas d'accord mais n'annonce pas de mesures

La semaine passée, la majorité N-VA, CD&V et Open Vld a étendu l'interdiction faite au personnel communal de porter des signes religieux ostensibles aux conseillers communaux. Le collège est conscient qu'il est difficile de rendre contraignante cette mesures mais estime qu'il s'agit d'une décision de principe, a expliqué le bourgmestre Jeroen Baert (N-VA). Seule une élue, portant le voile, est concernée: Nihad Taouil, de la liste d'opposition Boom Eén. "Un homme politique, c'est autre chose qu'un fonctionnaire qui représente l'autorité publique. Il ou elle est élu en raison de ses convictions politiques", a expliqué le ministre par la voix de son porte-parole. M. Bourgeois n'a toutefois pas encore entrepris de démarche contre la décision. Le premier qui en sera saisi est le gouverneur de la province, a-t-il rappelé. La direction nationale de la N-VA a également pris ses distances mais n'a pas demandé à la section de Boom de faire marche arrière, insistant sur l'autonomie locale qui lui est chère. Le CD&V a lui aussi exprimé son désaccord. "Nous avons signalé clairement que nous ne partageons pas cette vision. Pour nous, c'est un pont trop loin mais nous devons voir maintenant comment les choses vont évoluer", a indiqué le porte-parole du parti. Le directeur du Centre pour l'égalité des chances, Jozef De Witte, attend de son côté qu'un conseiller communal saisisse le gouverneur de cette décision. "Un conseiller communal ne représente pas l'Etat mais ses électeurs. La démocratie, c'est reconnaître la différence des opinions et s'accorder pour vivre ensemble. Si tout le monde doit avoir le même avis, on peut déménager en Corée du nord", a souligné M. De Witte qui juge la mesure "aberrante". (Belga)

Nos partenaires