Une famille refuse de se séparer du renard qu'elle a apprivoisé et risque la prison

12/05/11 à 12:07 - Mise à jour à 12:07

Source: Le Vif

En Dordogne (France), une famille héberge un renardeau apprivoisé et refuse catégoriquement la proposition de conciliation du tribunal de Bergerac. Elle s'expose désormais à des poursuites en correctionnelle.

Une famille refuse de se séparer du renard qu'elle a apprivoisé et risque la prison

© iStockphoto

C'était il y a environ un an, Didier Delanes, un habitant de Gardonne, découvre un petit renardeau près du cadavre de sa mère, morte sur le bord d'une route. Il décide alors de recueillir le petit animal et de l'apprivoiser. Malheureusement, l'Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage est contre cet apprivoisement. "Nous avons constaté la détention d'un animal sauvage et l'absence de certificat de capacité nécessaire à l'élevage. L'animal est jeune et n'a pas rencontré de femelle. Son comportement pourrait changer en période de rut et devenir dangereux", a déclaré l'Office National. Aujourd'hui, la famille risque la prison.

Le parquet de Bergerac avait émis une première alternative aux poursuites pénales en proposant une amende de 200 euros assortie de la confiscation du renardeau et la possibilité pour le couple de le récupérer moyennant l'obtention d'un agrément. Cette proposition a tout simplement été refusée par le père de famille qui a indiqué qu'il ne rendrait "jamais" son renard baptisé Zouzou.

"La France est un pays fermé, même pas capable d'accueillir un renard. Ce n'est pas une décision juste", a regretté Didier Delanes. "Je ne rendrai jamais mon renard et s'ils le veulent qu'ils viennent le chercher", a-t-il ajouté, entouré d'une vingtaine de proches et membres de la famille, dont les enfants qui arboraient un T-shirt avec la photo de Zouzou tout en tenant une pancarte "Zouzou on t'aime".

Suite à ce refus, la famille Delanes pourrait écoper d'une convocation devant le tribunal correctionnel et risque désormais un an de prison ainsi qu'une amende de 15 000 euros.

Sophie Lafon avec Belga

Nos partenaires