Un Français paye une amende avec des kilos de petites pièces, le fisc rit jaune

11/07/16 à 20:43 - Mise à jour à 20:42

Source: Afp

La vidéo de son "fait d'arme" a été visionnée plus de deux millions de fois sur Facebook: un automobiliste français, venu payer une amende pour excès de vitesse avec des kilos de petite monnaie en signe de protestation, s'est attiré lundi les foudres du fisc.

Un Français paye une amende avec des kilos de petites pièces, le fisc rit jaune

© iStock

"Ce genre de comportement (...) porte volontairement atteinte à l'image des services de l'État en charge de faire respecter la réglementation, notamment celle relevant de la sécurité routière", s'est indigné dans un communiqué le chef de l'administration fiscale de l'est de la France, Bernard Houteer.

"Vouloir +réaliser un coup médiatique+ ne devrait pas se traduire par l'expression publique d'un mépris envers" les fonctionnaires, a ajouté M. Houteer.

Le 27 juin, Yannick Krommenacker était venu payer une amende de 90 euros au centre des impôts d'Illkirch, en banlieue de Strasbourg (est), avec deux billets et... 5.100 pièces de 1, 2 et 5 centimes d'euros, qu'il avait spécialement retirées à sa banque pour ensuite les déverser "en vrac" sur le guichet de l'agent du fisc.

Il avait lui-même filmé la scène, qu'il avait diffusée en direct sur Facebook Live. "Désolé, je veux montrer mon mécontentement. Y en a marre de se faire enc... par cet Etat qui arrête pas de nous voler de l'argent", avait-il dit à l'agent du fisc.

La vidéo, devenue virale, a valu à son auteur une large couverture médiatique: son action a été évoquée dans de nombreux journaux, mais aussi dans plusieurs émissions de télévision, ce dont l'intéressé s'est d'ailleurs vanté sur sa page Facebook.

En France, les paiements en espèces sont possibles jusqu'à 300 euros et rien n'empêche de multiplier les petites pièces pour régler une somme due au fisc.

Cependant, cette "mise en scène (a été) filmée sans aucune demande d'autorisation au service et à l'agent concernés", a encore déploré l'administration.

Nos partenaires