Pologne : l'existence du "train nazi" sûre "à 99%" (conservateur des monuments)

28/08/15 à 16:11 - Mise à jour à 18:14

Le conservateur général des monuments en Pologne, Piotr Zuchowski, s'est dit vendredi convaincu "à 99%" de l'existence d'un "train nazi", dont la récente annonce de la découverte avait mis en émoi l'opiion publique et les chasseurs de trésors polonais.

Pologne : l'existence du "train nazi" sûre "à 99%" (conservateur des monuments)

Walbrzych © Capture d'écran Goole

"Je suis sûr à 99% qu'un tel train existe, mais les informations sur son contenu restent invérifiables pour le moment", a déclaré M. Zuchowski devant la presse.

Le présumé "train nazi", qu'un Polonais et un Allemand auraient découvert récemment à Walbrzych, dans le sud-ouest de la Pologne, ressuscite la légende des trains chargés d'or et de bijoux, disparus au moment de la défaite nazie en 1945.

M. Zuchowski a déclaré avoir vu sur des photos radars une rame blindée, longue de plus de 100 mètres et enfouie sous terre. Selon lui, l'information sur l'emplacement du train "a été transmise oralement par une personne qui avait participé à son camouflage" et qui, "sur son lit de mort, avait fait un croquis de cet endroit présumé", jamais découvert depuis la guerre.

"Le fait que ce soit un train blindé suggère qu'à l'intérieur il peut y avoir des objets de valeur", a-t-il dit. Il pourrait s'agir "d'objets précieux, d'oeuvres d'art, voire des archives dont nous avons connu l'existence, sans les découvrir".

Mais ce train peut contenir aussi, selon lui, des "matériaux dangereux", si bien que "les opérations de son déterrement devront être menées par des services spécialisés, dont des artificiers, du fait du risque que le train soit miné".

M. Zuchowski a confirmé que les avocats des découvreurs, qui souhaitent rester anonymes, avaient informé en bonne et due forme les autorités, tant régionales que centrales, de leur découverte. Il s'est refusé à toute précision sur l'endroit exact de la trouvaille et sur la date du début des opérations de son déterrement.

Il a également confirmé que les découvreurs pourraient légitimement demander 10% de la valeur de leur trouvaille.

En savoir plus sur:

Nos partenaires