Mort de trois scientifiques : malédiction de la banquise ou tueur à gages ?

27/07/15 à 14:17 - Mise à jour à 14:18

Source: Knack

Trois scientifiques qui étudiaient la fonte des glaces ont-ils été assassinés ? C'est la théorie surprenante d'un professeur de l'université de Cambridge.

Mort de trois scientifiques : malédiction de la banquise ou tueur à gages ?

© Reuters

Peter Wadhams, professeur à l'université de Cambridge, a lancé une très surprenante théorie du complot dans le journal The Times. Il suspecte que la mort de trois de ses collègues scientifiques qui effectuaient des recherches sur la fonte des glaces soit plus qu'un tragique concours de circonstances. "Il n'y avait au Royaume-Uni que quatre scientifiques qui étaient à la pointe de la recherche sur l'épaisseur de la calotte glacière. Trois sont morts aujourd'hui" selon le professeur. Wadhams craint qu'ils aient été assassinés et suggère que leur meurtre a été commandité par l'industrie pétrolière ou d'obscures forces étatiques. Même s'il avoue lui-même qu'il a beaucoup de mal à croire que le lobby pétrolier en soit venu à tuer des gens.

Assassiné par la foudre

Seymour Laxon (49) et Katherine Giles (35), tout deux spécialistes du climat à la University College London, et Tim Boyd (54) de la Scottish Association for marine Science, sont morts au début de l'année 2013 à seulement quelques mois d'intervalle. Le professeur Laxon est tombé dans l'escalier lors du réveillon de Nouvel An, le professeur Giles a été renversé par un camion lorsqu'elle roulait à vélo et le professeur Boyd aurait été foudroyé lorsqu'il promenait ses chiens en Ecosse. Wadhams avoue tout de même qu'il n'a pas trouvé d'explication évidente sur la manière dont ce dernier aurait pu effectivement être assassiné.

Par ailleurs, Wadhams jure que quelques semaines après la mort de Laxon, un camion a tenté de l'écraser. A l'époque, il avait porté plainte à la police. "Je pense que c'est l'oeuvre d'un tueur à gages, mais je comprends tout à fait que l'on va me prendre pour un fou", dit Wadhams dans les colonnes du The Telegraph. Cela ne l'empêche pas de maintenir mordicus que "c'est tout de même très étrange que tous ces incidents aient eu lieu en si peu de temps." Pour le partenaire de Seymour Laxon, tout cela n'est que balivernes : "Les coïncidences tragiques arrivent et il faut savoir l'accepter."

En savoir plus sur:

Nos partenaires