Le cinéma sans pop-corn

13/02/12 à 12:14 - Mise à jour à 12:14

Source: Le Vif

La Berlinale, le Festival international du film de Berlin, a débuté jeudi 9 février. Cette année encore, l'évènement se dégustera sans le traditionnel pop-corn.

Le cinéma sans pop-corn

© Thinkstock

Beaucoup d'Allemands ne voient toutefois pas la disparition du pop-corn d'un bon oeil. Pour bon nombre d'entre eux, un cinéma sans pop-corn n'est pas un vrai cinéma. Le quotidien Berliner Zeitung rappelait récemment les statistiques : "entre 44 et 57 % des usagers du cinéma ne peuvent envisager de voir leur film sans bière, coca, nachos, chips ou autres cacahuètes. Ce qui arrange les exploitants de salles au plus haut point : la vente de snacks représente parfois 50% du chiffre d'affaires."

Le blog de Jörg Wimmers dédié à l'économie de l'exploitation cinématographique, rappelle en effet que les confiseries sont les seules ressources propres à la salle. "Tout ce qui est vendu dans le foyer des cinémas n'est pas du tout reversé aux distributeurs. Pour les exploitants de la salle, la vente de tickets de cinéma est donc largement complétée par les ressources."

Une mesure qui profite à certains

Si depuis les années 70, maïs soufflé et cinéma ne font plus qu'un en Europe de l'Ouest, les cinéphiles s'opposent à cette vieille habitude. En témoigne cette page Facebook française intitulée "Pour une interdiction du pop-corn au cinéma". Les internautes peuvent y déposer leurs plaintes : allant du spectateur dérangeur et irrespectueux au nombre de calories présentes dans un pack de pop-corn, en passant par la salle de cinéma différente d'une salle à manger, la lutte anti-maïs grillé est définitivement engagée.

Si l'on n'aime pas le pop-corn, mais qu'on ne souhaite pas pour autant se priver du grand écran, le Berliner Zeitung offre la solution. Pour profiter d'un film en toute quiétude : il suffit de chercher un sexagénaire, et de s'assoir à côté de lui. "A l'échelle nationale, des statistiques de 2010 montrent que cette tranche d'âge a dépensé 72 millions d'euros en tickets d'entrée, et seulement 16 millions en snacks et en boissons."

Le Vif.be

Nos partenaires