La chanson "Happy Birthday" rentre dans le domaine public, la fin d'une "supercherie"

23/09/15 à 13:48 - Mise à jour à 13:57

Aucune des sociétés qui récoltaient les royalties de la chanson Happy Birthday ne détient des droits d'auteur valables. Après 80 ans, la chanson la plus connue et la plus chantée au monde passe dans le domaine public.

La chanson "Happy Birthday" rentre dans le domaine public, la fin d'une "supercherie"

© iStock

Ce mardi, Georges H. King, juge fédéral américain, à décidé que les droits d'auteur, détenus à l'origine par la société Clayton F. Summy Co, (maintenant Warner Music) en 1935 n'étaient pas valables. Il précise que les droits portent uniquement sur une version instrumentale spécifique de la mélodie et non sur la chanson elle-même.

Le débat sur la fameuse chanson a été lancé par des groupes de cinéastes et producteurs hollywoodiens, cibles principales du groupe Warner/Chappell en matière de copyright. "Happy Birthday est finalement libre après 80 ans" déclare Randall Newman, avocat de la défense dans le procès. "Enfin cette supercherie est finie, c'est incroyable."

Créée en 1893 par Patty Smith Hill et sa soeur Mildred J.Hill, institutrice dans le Kentucky, la chanson d'anniversaire s'appelait à l'origine Good morning to you (Bonjour à toi) et était destinée à accueillir les élèves en classe. Les droits de la mélodie ont ensuite été déposés à la société Clayton F. Summy Co., mais seulement pour la version instrumentale au piano.

Mais la bataille est loin d'être finie. Les plaignants, représentés par Randall Newman et Mark Rifkin, réclament que Warner rembourse les millions de dollars que les sociétés de production ont dû payer jusqu'à présent en droits d'auteur. "Nous attendons l'avis du jury et nous prenons en considération toutes nos options" a déclaré le porte-parole de Warner/Chappell.

En savoir plus sur:

Nos partenaires