L'accumulation des "cadenas d'amour" remet la sécurité des ponts parisiens en question

29/08/13 à 08:56 - Mise à jour à 08:56

Source: Le Vif

Plébiscités par les touristes, les "cadenas d'amour" accrochés par milliers aux ponts parisiens, en particulier au Pont des Arts d'où est parti le phénomène en 2008, commencent à peser si lourd que certaines autorités envisagent de les retirer régulièrement, pour des raisons de sécurité.

L'accumulation des "cadenas d'amour" remet la sécurité des ponts parisiens en question

© Reuters

"Le problème, c'est l'accumulation de cadenas et le fait que ça commence à affaisser la structure des parapets du Pont des Arts", s'inquiète Jean-Pierre Lecoq, maire (UMP) du VIe arrondissement de Paris. Il y en a tellement que certains sont accrochés à d'autres, faute de place sur le parapet.

"Le danger, c'est qu'un jour il y ait un bout de parapet avec plusieurs kilos de cadenas qui tombe sur la tête des touristes sur une péniche, ça peut les blesser gravement, voire les tuer", s'alarme-t-il. "Ma suggestion, c'est que les cadenas soient retirés à intervalles réguliers quand on atteint un certain seuil, tous les six mois", avance l'élu parisien.

Toutefois, cette solution passerait mal aux yeux des touristes qui, pour certains, font des milliers de kilomètres pour venir célébrer leur idylle dans la capitale. "Il ne faut pas les enlever, c'est le symbole de l'amour. Il faut plutôt consolider le pont", estime Naomi Jameson, touriste australienne, posant aux côtés de son petit ami sur le Pont des Arts devant le cadenas qu'ils viennent d'accrocher en se promettant l'amour éternel.

Les rambardes du Pont des Arts étant saturées, certains amoureux accrochent leurs cadenas sur les lampadaires et la rambarde longeant le quai François Mitterrand. D'autres ont pris d'assaut la passerelle Léopold Sédar Senghor, moins saturée, en face du Musée d'Orsay, et le pont de l'Archevêché, non loin de Notre-Dame, où de nombreux touristes s'ingénient à fixer leur cadenas.

L'enlèvement complet des cadenas "n'est pas à l'ordre du jour. On trouve ça plutôt sympa. (...) Quand on constate que l'accumulation pose un problème de sécurité, à ce moment-là, on enlève les cadenas en trop dans les zones où c'est dangereux. On ne va pas débarrasser tout un pont de ses cadenas", assure un officiel de la mairie de Paris.

En savoir plus sur:

Nos partenaires