Il devient champion du monde de Scrabble francophone, sans parler un mot de français

21/07/15 à 17:29 - Mise à jour à 17:29

Un joueur néo-zélandais ne parlant pas un mot de français a remporté lundi le championnat du monde de Scrabble francophone, après avoir appris par coeur les mots de L'Officiel du Scrabble, ont rapporté mardi les organisateurs de ce tournoi.

Il devient champion du monde de Scrabble francophone, sans parler un mot de français

© Reuters

Nigel Richards, un Néo-Zélandais à la barbe fournie, vivant en Malaisie, n'est pas un inconnu des cercles de Scrabble: il a déjà été champion du monde anglophone en 2007 et 2011.

Mais c'est la première fois qu'un joueur ne maîtrisant pas la langue de Molière remporte le championnat francophone classique, qui a rassemblé lundi quelque 74 joueurs.

"Il s'est lancé un défi il y a quelques mois, en mai, avec pour objectif le Championnat du Monde francophone", qui a débuté lundi en Belgique, à Louvain-La-Neuve (au sud-est de Bruxelles), a indiqué la fédération française de Scrabble.

M. Richards a eu en tout "neuf semaines pour apprendre l'Officiel du Scrabble et connaître tous les mots de 2 à 10 lettres et les retenir", souligne Antoine Rousseau, en charge de la communication pour la fédération.

Lundi, il a remporté le championnat face au joueur gabonais Schélick Ilagou Rekawe, au terme d'une partie de trois heures où son jeu s'est avéré "bluffant", avec "en toute fin de deuxième manche, un mot avec deux cases +mot compte triple+", les plus importantes au Scrabble.

A un peu moins de 50 ans, M. Richards est doté d'une grande capacité d'anticipation et n'a pas besoin de faire bouger ses lettres pour former des mots, "à la différence du joueur du dimanche", souligne la fédération auprès de l'AFP.

Lundi, il a été chaudement applaudi mais a dû faire appel à un traducteur pour faire ses remerciements au public.

Il sera encore cette semaine en Belgique pour d'autres compétitions, dont les épreuves dites "duplicate", où tous les joueurs doivent composer avec les mêmes lettres au départ, contrairement à une partie classique où chacun a son propre jeu.

En savoir plus sur:

Nos partenaires