Bienvenue à Machine Gun America, le nouveau parc d'attractions où on tire à balles réelles

27/02/15 à 12:27 - Mise à jour à 13:56

La ville d'Orlando, connue entre autres pour ses parcs Disney World et Universal Studios, voit naître sur ses terres un parc d'attractions d'un nouveau genre. " Machine Gun America " propose aux touristes de manier pistolets semi-automatique, mitrailleuses et revolvers, pour le plaisir... et à balles réelles.

Bienvenue à Machine Gun America, le nouveau parc d'attractions où on tire à balles réelles

/ © Attractions Magazine

"C'est une aventure que vous n'allez pas oublier", annonce d'emblée le site du parc, installé à quelques minutes de Disney World, à Orlando. Et on veut bien les croire. "Machine Gun America" (mitrailleuse américaine), c'est le nom de ce nouveau parc qui propose aux touristes de s'amuser avec des fusils de chasse et autres revolvers. Il est ouvert à tous, même ceux qui n'ont jamais manié les armes. Seule condition pour participer à l'aventure : avoir au minimum 13 ans. En dessous de cet âge, les jeunes sont redirigés, avec l'accord des parents, vers des jeux de laser.

Des parties de tirs sont proposées dans des ambiances diverses, en passant par le western, le monde des gangsters ou celui de James Bond. Des lieux qui attirent, jusqu'à maintenant, principalement des adultes (94 %) précise notamment le site américain Fox28.

Selon la RTBF, le prix d'entrée de base est de 100 dollars, un prix relativement élevé qui sert à défrayer l'armement du parc. Mais pour ceux qui cherchent une réduction, il suffit d'aimer leur page Facebook pour obtenir une réduction de 25 dollars.

Un risque pour les plus jeunes

Machine Gun America attire déjà les foules, mais l'environnement du parc est aussi perçu comme dangereux, surtout pour les plus jeunes. "Une activité de divertissement familiale ? Faux ! Je ne pense pas que ce soit juste un nouveau divertissement. Je pense que c'est quelque chose qui peut sérieusement affecter le développement des enfants et pas d'une bonne manière", a spécifié le docteur Alan Delamater, professeur en pédiatrie et psychologie à l'Université de Miami.

En savoir plus sur:

Nos partenaires