Industries en péril - Le PS appelle à dépasser les clivages politiques

25/10/12 à 18:23 - Mise à jour à 18:23

Source: Le Vif

(Belga) Le Parti socialiste a appelé jeudi à dépasser les clivages politiques pour apporter d'urgence une réponse aux travailleurs des entreprises frappés ces derniers temps par des fermetures ou des pertes d'emploi.

Industries en péril - Le PS appelle à dépasser les clivages politiques

Le PS énumère la fermeture de la phase liquide d'ArcelorMittal, l'annonce de la mise en chômage économique des travailleurs du train à large bande (TLB) de Chertal, la fermeture de Ford Genk, l'annonce d'une suppression de 601 emplois sur les deux sites sidérurgiques louviérois Duferco-NLMK, ou encore la menace de dépôt de bilan de Photo Hall. "Il est grand temps de dépasser les clivages politiques et d'unir l'ensemble des forces vives de notre pays pour défendre au mieux les droits des travailleurs", affirme le président du PS Thierry Giet dans un communiqué. En ce qui concerne la sidérurgie, le PS demande "instamment" aux groupes industriels concernés de faire connaître "leurs intentions sérieuses quant à leur stratégie industrielle en Région wallonne". Il réclame de compléter la loi Renault par des dispositions permettant une reprise des activités menacées de fermeture. "Il y a lieu de rendre obligatoire la recherche de repreneurs lorsqu'une activité demeure rentable et de permettre au tribunal de commerce d'ordonner la cession des outils de production sous le contrôle d'un juge", affirme le PS. Pour les entreprises qui ne sont pas reconnues en difficultés mais qui procèdent malgré tout à un licenciement collectif "dans une logique de maximisation des profits", il faut supprimer toute aide publique à l'emploi pour toute nouvelle embauche qui suit le licenciement collectif et même exiger le remboursement des aides déjà consenties, réclame le PS. Les socialistes répètent leur demande de créer un livret B afin de soutenir les entreprises, qui éprouvent des difficultés pour se financer auprès du secteur bancaire. Le PS souhaite aussi un monitoring serré de l'offre de crédits aux entreprises via l'identification de l'affectation des sommes déposées et l'obligation pour les banques de justifier tout refus de crédit. (PVO)

Nos partenaires