Indonésie: gaz lacrymogènes et canons à eau avant le "verdict" de la présidentielle

21/08/14 à 11:13 - Mise à jour à 11:13

Source: Le Vif

(Belga) La police antiémeute en Indonésie a dispersé jeudi à coups de canons à eau et de gaz lacrymogènes une manifestation de partisans d'un ex-général qui a perdu la présidentielle de juillet et déposé un recours en justice, dont la décision est attendue dans la journée.

Indonésie: gaz lacrymogènes et canons à eau avant le "verdict" de la présidentielle

Peu après que la Cour constitutionnelle a commencé à examiner le recours de Prabowo Subianto accusant de fraudes massives son rival déclaré vainqueur de l'élection, Joko Widodo, la police a dispersé avec force une foule menaçante rassemblée à quelques centaines de mètres de l'institution solidement gardée, dans le centre de Jakarta. Les forces de l'ordre ont tiré de multiples salves de canons à eau et de gaz lacrymogènes en direction de plusieurs centaines de manifestants pro-Prabowo dispersés en quelques minutes. Certains ont été chassés à coups de matraques. Des milliers de policiers et militaires sont mobilisés dans la capitale et ses environs, par crainte de violences à la suite d'un des scrutins les plus disputés en Indonésie, la troisième démocratie au monde. La lecture de l'arrêt de la cour pourrait durer plusieurs heures avant l'annonce de la décision sur le recours de Prabowo qui a peu de chances d'aboutir, selon des experts. Le gouverneur de Jakarta, Joko Widodo, surnommé Jokowi, a recueilli 53,15% des voix, contre 46,85% pour Prabowo, à l'élection du 9 juillet, consacrant pour la première fois la victoire d'un candidat qui n'est pas issu de l'élite politico-militaire, un ex-vendeur de meubles dont la carrière politique a connu une ascension fulgurante. Mais l'ex-général s'était déclaré lui aussi vainqueur du scrutin peu après l'annonce des premières estimations, confirmées le 22 juillet par les résultats définitifs. Et depuis, il a mobilisé une armée d'avocats pour tenter d'obtenir gain de cause auprès de la juridiction suprême, dénonçant "la malhonnêteté et l'injustice" de ce scrutin. (Belga)

Nos partenaires