Immigration: L'initiative Ecopop aux frais des Suisses de l'étranger

16/07/14 à 10:49 - Mise à jour à 10:49

Source: Le Vif

(Belga) Si l'initiative 'Ecopop', déposée par l'association écologiste suisse Ecologie et Population, est appliquée à la lettre, des Suisses vivant à l'étranger pourraient ne plus pouvoir rentrer. Le texte ne prévoit en effet aucune exception à la limitation du solde migratoire à 0,2% par an. L'organisation des Suisses de l'étranger (OSE) parle d'une absurdité.

L'initiative indique que l'augmentation de la population en Suisse due au solde migratoire ne peut excéder 0,2% par an en moyenne. Mais elle ne précise pas qui sera inclus dans les contingents qui permettraient de réduire l'immigration. Du coup, si le texte est appliqué à la lettre, "le contingentement vaudrait également pour les Suisses de l'étranger", empêchant certains de revenir au pays, relève Ariane Rustichelli, co-directrice de l'OSE, interrogée par l'ats. Et de s'insurger: "Que les Suisses de l'étranger puissent être dans des contingents constitue une absurdité! " Les Helvètes qui résident en terres étrangères correspondent à près de 10% de la population suisse. "Ce n'est pas rien! Pourtant, ils sont souvent oubliés", déplore Ariane Rustichelli. Qu'une telle initiative puisse être lancée est pour elle aussi "symptomatique d'un état d'esprit: on oublie que dans le mouvement migratoire, il y a des Suisses! " "Ces craintes sont complètement infondées", répond Andreas Thommen, directeur du comité de l'association Ecologie et Population (Ecopop). Le droit au retour est de toute façon garanti par la loi grâce à l'article 24 de la Constitution qui précise que les Suisses "ont le droit de quitter la Suisse ou d'y entrer". Compte tenu du flux migratoire actuel des Suisses de l'étranger, ils pourraient être inclus sans problème dans des contingents, estime Andreas Thommen. "Le mieux serait de déduire le nombre de Suisses qui rentrent des 0,2%, et de calculer le nombre d'étrangers qui pourront entrer en Suisse par rapport à ce qui reste", ajoute-t-il. Et en cas de gros afflux des Suisses vivant à l'extérieur des frontières, le directeur du comité Ecopop compte sur le Conseil fédéral pour leur permettre de revenir au pays. Même si cette perspective ne l'enchante guère: "S'ils rentrent tous, on n'aura plus de place. Il n'y a déjà presque plus de logements libres maintenant." L'initiative Ecopop sera soumise au peuple le 30 novembre. En plus de vouloir limiter la croissance de la population en Suisse due à l'immigration, elle exige également que 10% des fonds de l'aide au développement aillent au contrôle des naissances dans les pays pauvres. (Belga)

Nos partenaires