Immeuble au Bangladesh: plus de signe apparent de vie sous les décombres

28/04/13 à 07:48 - Mise à jour à 07:48

Source: Le Vif

(Belga) "Il n'y a plus de signe apparent de vie sous les décombres" d'un immeuble effondré mercredi au Bangladesh, ont annoncé dimanche les secours, ajoutant que des engins de levage allaient commencer à déblayer le site pour tenter de retrouver d'éventuels rescapés.

Immeuble au Bangladesh: plus de signe apparent de vie sous les décombres

"Apparemment il n'y a plus de signe de vie sous les décombres", a déclaré le responsable des pompiers du Bangladesh, Ahmed Ali, quatre jours après l'accident qui a fait plus de 350 morts. "Avec l'armée, nous avons décidé d'utiliser de l'équipement lourd, comme des grues, pour retirer les gravats et les blocs (de béton) verticalement à partir de la mi-journée" ce dimanche, a-t-il précisé. "Notre espoir est que nous puissions trouver quelques personnes en vie sous les débris", a-t-il dit. Les services de secours décident actuellement pour combien de temps ils vont encore poursuivre les opérations de sauvetage. L'effondrement mercredi matin du Rana Plaza, un immeuble de huit étages construit illégalement à Savar, une banlieue de Dacca, a fait au moins 363 morts et plus de 1.200 blessés, selon un dernier bilan officiel. Le bâtiment abritait cinq ateliers de confection travaillant pour des marques occidentales. Depuis mercredi, plus de 2.400 personnes ont pu être sauvées, dont quatre dans la nuit de samedi à dimanche, mais à l'aube, les derniers appels à l'aide provenant de l'amas de béton et d'acier se sont tus. Selon l'association des entreprises de textile du Bangladesh, plus de 3.000 personnes étaient employées dans l'immeuble qui s'est effondré. Samedi, deux ingénieurs ayant estimé que le bâtiment était sûr mardi, un jour avant l'accident, ont été arrêtés. Des fissures avaient en effet été signalées mardi et un ordre d'évacuation avait été donné par la police mais celui-ci avait été ignoré, rapporte la BBC. Les propriétaires de trois des cinq ateliers ont été appréhendés. Le propriétaire du bâtiment est lui toujours recherché. (Belga)

Nos partenaires