Il n'y a jamais eu de "bug Facebook", conclut la Cnil

03/10/12 à 07:23 - Mise à jour à 07:23

Source: Le Vif

Tout le monde a rêvé, il n'y a pas eu de messages privés affichés par erreur sur le "journal" des utilisateurs de Facebook. Seulement de vieilles conversations en "wall-to-wall". C'est la conclusion de l'enquête de la Cnil, la commission nationale de l'informatique et des libertés française.

Il n'y a jamais eu de "bug Facebook", conclut la Cnil

© AFP

La Cnil a indiqué mardi n'avoir pas détecté de publication avérée de messages privés sur Facebook et pointe les modifications "récurrentes et unilatérales" de la plateforme pour expliquer la confusion des utilisateurs qui avaient cru la semaine dernière à un "bogue".

"Il ressort des analyses menées par la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) que les messages incriminés par de nombreux utilisateurs semblent être exclusivement des messages 'mur-à-mur' et non des messages envoyés par l'intermédiaire de la messagerie privée de Facebook", indique-t-elle dans un communiqué. "Pour autant, le caractère privé du contenu de certaines communications révélées semble indiscutable. En d'autres termes, les utilisateurs avaient l'impression d'envoyer des messages privés lorsqu'ils utilisaient la messagerie 'mur-à-mur'", ajoute la Cnil.

La Cnil valide donc la version avancée par Facebook et la thèse de l'"hallucination collective"... Un porte-parole de Facebook France a immédiatement réagi, indiquant à l'AFP que le groupe était "satisfait des échanges avec la Cnil qui ont permis de confirmer officiellement qu'il y n'a eu aucun 'bogue' ou défaillance technique rendant publiques les informations privées des utilisateurs de Facebook". "Le bon usage de Facebook est notre priorité. Nous travaillons régulièrement et en toute transparence avec les autorités compétentes et les associations, en France et dans le monde, pour mettre en place des initiatives pédagogiques auprès de nos utilisateurs", a réaffirmé Facebook France.

Levif.be, avec L'Express.fr

En savoir plus sur:

Nos partenaires