Homs aux mains du régime, mais l'évacuation des rebelles a pris du retard

09/05/14 à 12:58 - Mise à jour à 12:58

Source: Le Vif

(Belga) La ville de Homs, en Syrie, devrait passer vendredi sous le giron du régime après le départ attendu des derniers rebelles de leur ancien fief, qu'ils ont défendu bec et ongles pendant deux ans. Avec ce retrait inédit, le régime renforce sa position dans la guerre sanglante qu'il livre depuis trois ans aux insurgés, qui réclament en vain un apport d'armes de la part des Etats-Unis.

Homs aux mains du régime, mais l'évacuation des rebelles a pris du retard

Dans le quartier de Khaldiyé, aux abords de la vieille ville, les derniers 250 insurgés attendaient vendredi d'être évacués vers Dar al-Kabira, une localité rebelle de la province éponyme. L'opération devait initialement s'achever jeudi. "D'ici quelques heures, nous allons régler les problèmes logistiques et compléter l'opération pour qu'ils arrivent à destination dans de bonnes conditions", a indiqué le gouverneur Talal al-Barazi. Selon lui, au moins 1.630 personnes, en très grande majorité des rebelles, ont quitté la vieille ville depuis mercredi dans le cadre d'un accord inédit entre protagonistes car il s'agit du premier retrait des rebelles d'une grande ville depuis le début du conflit. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), le retard est dû au fait que des groupes rebelles islamistes, non impliqués dans les négociations avec le régime, ont voulu limiter à deux camions l'entrée de vivres dans deux villes chiites encerclées par les insurgés dans la région d'Alep (nord), alors que l'accord en prévoyait douze. L'accord s'est également traduit par la libération de 40 alaouites - communauté à laquelle appartient le président Bachar al-Assad -, une Iranienne et 30 soldats syriens, selon la rébellion. Après le retrait de la vieille ville, il ne restera plus de rebelles dans la cité de Homs que dans le quartier de Waer (nord-ouest) où vivent plusieurs centaines de milliers de personnes, mais des négociations sont en cours pour leur départ. (Belga)

Nos partenaires