Martin Luther King la mort d'un rêve

19/04/18 à 21:00 - Mise à jour à 12/04/18 à 16:29

Le 4 avril 1968, le célèbre militant pour les droits civiques des Noirs aux Etats-Unis est assassiné à Memphis au cours d'une allocution publique. Le plus jeune lauréat du prix Nobel de la paix n'avait que 39 ans.

Sa voix était la mauvaise conscience de l'Amérique. Elle s'est tue, jeudi dernier (NDLR : le 4 avril 1968), à Memphis, Tennessee, la capitale du coton. Ce jour-là, à 19 h 05, le pasteur Martin Luther King, 39 ans, héros des droits civiques, prophète de la non-violence et prix Nobel de la paix, est mort assassiné. Sur le front des races, en 1968, l'Amérique attendait le pire. Le pire est arrivé. En moins de vingt-quatre heures, le président Johnson, au bout de sa plus longue semaine, lançait deux appels pathétiques à la nation, conjurant tous les Américains, blancs et noirs, de s'unir pour que ne se lève pas, de Los Angeles à New York, le drapeau noir de la violence : " La fibre de l'étoffe même de la République est mise à l'épreuve. " Pour toute réponse, l'extrémiste noir Stokeley Carmichael demandait à ses frères de race de saisir leurs fusils. A Washington, un policier blanc était assassiné. A Boston, à Raleigh, à Nashville, à Jackson, à Harlem, où patrouillaient 7000 policiers, à Memphis, où 4000 gardes nationaux étaient placés en état d'alerte, des bandes de Noirs, ivres de rage, saccageaient, pillaient, brûlaient. Avant que l'Amérique, dans un dimanche de deuil nation...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires