Le coup de poker du 29 mai

19/04/18 à 21:00 - Mise à jour à 12/04/18 à 16:29

Ce dernier mercredi de mai, le Général quitte Paris secrètement. Même son Premier ministre ignore où il est. C'est la panique au gouvernement. Récit extrait de l'ouvrage Le Tombeur du général (Allary Editions), publié en 2016 par Christine Clerc, ancienne journaliste à L'Express.

A cette heure matinale, le mercredi 29 mai, de Gaulle a déjà regagné son bureau. Il contemple le globe terrestre devant lequel il a passé tant d'heures à méditer. Dans quel sens la planète va-t-elle tourner ? Que va devenir la France, si elle bascule d'un côté ou de l'autre et perd la position centrale de fragile, si fragile, nation indépendante pour laquelle il se bat depuis plus de trente ans ? La gauche ne l'emportera pas avec des rigolos comme ce Cohn-Bendit. Ce jeune anarchiste ne veut pas le pouvoir avec Mendès (NDLR : le leader de gauche Pierre Mendes France), et surtout pas avec les communistes. On peut compter sur lui pour leur gâcher la vie. Ou bien ils tenteront de passer en force après avoir paralysé le pays, ou bien le désordre ramènera la vieille droite, appuyée sur les généraux d'Indochine et d'Algérie comme Salan, encore en prison... Quoi qu'il en soit, cela risque de se terminer en guerre civile. Et de Gaulle ne sera plus là pour jouer les sauveurs... On regrettera alors amèrement, de n'avoir pas fait tirer dans les pattes des émeutiers, comme il le demandait en vain, quand il en était encore temps... Mais l'armée ? Que pense l'armée, dans ses profondeurs ?
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires