L'ultime dessein

19/04/18 à 21:00 - Mise à jour à 12/04/18 à 16:29

Après deux mois de grèves et de manifestations, les élections législatives voient la victoire de la droite gaulliste à une très large majorité. En dépit du mouvement contestataire encore chaud, le président a su reconquérir l'opinion.

DIMANCHE soir [30 juin 1968], Bernard Tricot, secrétaire général de l'Elysée, lui téléphonait une fois par heure, de 20 heures à minuit, les nouveaux chiffres de son triomphe parlementaire. Le général de Gaulle, seul dans le bureau de la tour de sa propriété de Colombey-les-Deux-Eglises, refaisait son compte avec la France. C'est la neuvième fois qu'il attend d'un peuple " exemplaire " et " vachard " la réponse aux semonces qu'il lui adresse sans fin au nom de sa " légitimité ". Les Français, comme il dit, l'ont entendu. Dans les radios, quand tombe l'avalanche de pourcentages sans appel, tous semblent oublier le chef de l'Etat. Mais à l'étranger, personne ne s'y trompe : dans une élection française, il y a un vainqueur ou un vaincu : de Gaulle. Et, dans la simplification des écrans de la TV et des rotatives du monde entier, c'est le nom de De Gaulle, écrasant, qui surmontait lundi 1er juillet le bulletin de santé politique de la France. 22 millions de Français, un mois jour pour jour après avoir douté du général de Gaulle au point - et jusque dans le carré des fidèles - de se résigner à sa retraite, ou de la réclamer, lui constituent, en deux tours de scrutin (23 et 30 juin), la plus forte majorité de toute l'histoire des Républiques françaises : 356 députés dûment étiquetés UDR, dont 299 d'appellation contrôlée ; tous ses ministres - sauf un - élus, dont 20 sur 28 au premier tour ; la plus grande salle de réunion de l'Assemblée nationale trop petite - 200 places - pour loger la massive cohorte des orthodoxes gaullistes.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires