L'insurrection permanente

19/04/18 à 21:00 - Mise à jour à 12/04/18 à 16:29

Après les premières échauffourées, le soulèvement s'intensifie et se propage en province. Dans les facultés occupées, on débat sur la réforme de l'Université, le changement de société et l'urgence d'une action conjointe entre étudiants et ouvriers.

L'autre samedi (11 mai) de ce drôle de mai, quand, rue Gay-Lussac à Paris, les cantonniers effarés commencèrent à démonter les barricades désolées de la nuit, les étudiants semblaient politiquement vainqueurs : le soir même, Georges Pompidou annonçait la réouverture de la Sorbonne et promettait la clémence pour les manifestants emprisonnés. La Sorbonne était libérée. Mais pour en faire quoi ?
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires