1968, l'année qui a tout changé

13/05/18 à 10:58 - Mise à jour à 10:58

Source: Le Vif/l'express

Des campus américains à la Sorbonne, de Prague à Mexico, de l'Occident à l'Asie, c'est un séisme historique qui a ébranlé la planète. Sous la joie collective et l'utopie émerge le malaise international. La mondialisation s'annonce et la France de Mai y occupe une place modeste.

Cours, camarade, le vieux monde est derrière toi. C'est sans doute le slogan le plus oublié de 68. Et pourtant celui qui résume le mieux le soulèvement planétaire qui se produisit. Derrière cette utopie, qui ne passa pas l'année, se dissimulait une des grandes secousses de l'histoire, de celles que l'on mesure après coup et qui laissent des fissures un peu partout. Dommage pour la légende, mais 1968 ne se distingue pas des autres grandes dates de l'histoire par sa volonté d'en finir avec l'oppression des peuples, l'aliénation des masses, l'injustice faite à l'homme. 1968 est avant tout un catalogue du malaise mondial, une prémonition impuissante, un rendez-vous avec les décennies suivantes, une feuille de route, un gigantesque inventaire de tout ce qui n'allait pas. Toutes les éruptions qui se produisirent à travers la planète ont plongé dans un magma profond une matière en fusion qui est toujours là, bouillonnant sous nos pieds. Dans ce sens-là, il s'est bel et bien passé quelque chose d'historique en 1968.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires