Heurts entre la police et des milliers de manifestants au Bangladesh

26/04/13 à 09:39 - Mise à jour à 09:39

Source: Le Vif

(Belga) La police a tiré des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes dans la banlieue de Dacca contre des centaines de milliers de manifestants qui ont attaqué des usines et renversé des véhicules, furieux après l'effondrement meurtrier d'un immeuble.

"La situation est très instable. Des centaines de milliers d'ouvriers participent à la manifestation. Nous avons fait usage de balles en caoutchouc et de gaz lacrymogènes pour les disperser", a déclaré M. Asaduzzaman, un responsable de la police, au sujet de la manifestation organisée deux jours après la tragédie qui a fait au moins 290 morts, selon un nouveau bilan, dont beaucoup d'ouvriers du textile. Des ouvriers ont attaqué des usines, renversé des véhicules, brûlé des pneus sur la route et essayé de mettre le feu à des échoppes le long du parcours de la manifestation de masse, a précisé de son côté Mustafizur Rahman, le numéro deux de la police de Gazipur, dans la banlieue de la capitale Dacca. Ils ont obligé des usines textiles à fermer. "Ils exigent l'arrestation et l'exécution des propriétaires des ateliers et du bâtiment qui s'est effondré à Savar", près de Dacca, a-t-il dit à l'AFP. Le Rana Plaza, un immeuble de huit étages, s'est effondré mercredi comme un château de cartes peu après l'embauche à Savar. L'immeuble abritait cinq ateliers de confection et cette catastrophe a relancé la polémique sur les conditions de travail dans l'industrie textile du Bangladesh qui fournit les firmes occidentales. Il s'agit du pire accident dans l'histoire industrielle de ce pays pauvre d'Asie du Sud qui a fait de la confection le pivot de son économie. (Belga)

Nos partenaires