Greenpeace: deux Russes libérés sous caution, un Australien reste en détention

18/11/13 à 20:32 - Mise à jour à 20:32

Source: Le Vif

(Belga) La justice russe a libéré sous caution lundi deux Russes, une femme médecin et un photographe qui étaient à bord du navire de Greenpeace arraisonné en septembre, après avoir auparavant prolongé de trois mois la détention d'un autre des 30 membres de l'équipage, un militant australien.

Greenpeace: deux Russes libérés sous caution, un Australien reste en détention

La Russe Ekaterina Zaspa, médecin à bord de l'Arctic Sunrise, sera libérée après avoir payé sa caution, qui s'élève à 2 millions de roubles (45.500 euros), selon la décision prise par un tribunal de Saint-Pétersbourg (nord-ouest). C'est à Saint-Pétersbourg que les 30 membres de l'équipage du navire de Greenpeace -28 militants et deux journalistes de 18 pays- ont récemment été transférés après avoir d'abord été incarcérés à Mourmansk, le port russe de la mer de Barents. Mads Christensen, de Greenpeace, a souligné dans un communiqué que malgré sa libération sous caution, Ekaterina Zaspa "est toujours inculpée de hooliganisme" et que "l'inculpation de piraterie n'a toujours pas été officiellement levée". Le tribunal a aussi décidé la libération sous caution d'un autre membre de l'équipage du navire de Greenpeace, le photographe russe Denis Siniakov, qui a travaillé dans le passé pour l'Agence France-Presse et pour l'agence Reuters. Peu avant, un autre tribunal de la deuxième ville de Russie a décidé de prolonger de trois mois, jusqu'au 24 février, la détention provisoire d'un autre membre d'équipage, l'Australien Colin Russell, âgé de 59 ans. Par ailleurs, un procureur a déclaré lundi qu'il n'était pas hostile à ce qu'une autre militante, la Brésilienne Ana Paula Maciel, soit, elle aussi, libérée sous caution, selon Greenpeace. Les cas de tous les membres de l'équipage doivent être examinés cette semaine. Le navire avait été arraisonné en septembre par un commando héliporté après une action contre une plate-forme pétrolière du géant russe Gazprom dans l'Arctique. Les 30 membres d'équipage ont été inculpés de "piraterie", puis, fin octobre, de "hooliganisme". (Belga)

Nos partenaires