Fusillade à Visé - La piste du litige financier privilégiée par les enquêteurs

20/04/14 à 14:17 - Mise à jour à 14:17

Source: Le Vif

(Belga) La piste du litige financier est privilégiée par les enquêteurs de la police judiciaire fédérale (PJF) de Liège en charge de l'enquête relative au triple assassinat perpétré vendredi soir devant une habitation de Visé (en province de Liège), a appris l'agence Belga dimanche après-midi de source judiciaire. L'enquête se poursuit et aucune interpellation n'a encore eu lieu.

Fusillade à Visé - La piste du litige financier privilégiée par les enquêteurs

Vendredi soir, vers 23H00, une fusillade a éclaté au numéro 41 de la rue de Berneau à Visé. Benoît Philippens (37 ans), gérant de la banque BNP Paribas Fortis à Ans-Saint-Nicolas, a été abattu d'une balle dans la tête et d'une autre dans le ventre. Un petit garçon de 9 ans, vivant à Dolhain, a aussi été tué. Une dame, l'épouse de l'homme et tante et marraine du garçonnet, Carol Haid, 37 ans également, est décédée des suites de ses blessures. Elle a été tuée de trois balles dans le dos, précise-t-on de source judiciaire. Sept impacts de balles ont, au total, été relevés sur les corps, dont les autopsies étaient toujours en cours dimanche en début d'après-midi. Peu avant le drame, le couple de banquiers était allé manger à Mortroux en compagnie des parents du petit Esteban C., âgé de 9 ans. Ce dernier avait demandé à aller dormir chez sa marraine. C'est la première fois que le jeune garçon allait dormir chez sa marraine, selon une source judiciaire. Il semblerait, d'après les premiers éléments de l'enquête, qu'un seul auteur ait fait feu en direction des victimes. L'auteur des coups de feu se serait dirigé à pied en direction de celles-ci, avec un pistolet automatique 9 mm. Il a fait feu à seulement trois ou quatre mètres des victimes. Quatre douilles ont été retrouvées sur place par les enquêteurs. A l'heure actuelle, personne n'a été interpellé, mais les enquêteurs privilégient la piste financière. Le gérant de banque avait dû licencier du personnel à la suite d'une restructuration de sa banque. Un client, mis à la porte, aurait par ailleurs proféré des menaces devant des témoins. Aucune caméra de surveillance n'a filmé la scène, mais des analyses sont en cours concernant une caméra placée à une station-service quelques centaines de mètres plus loin. L'auteur des coups de feu aurait sans doute attendu les victimes durant de longues heures avant d'abattre le couple et l'enfant. Une Mercedes suspecte aurait été aperçue dans la rue. (Belga)

Nos partenaires