France - Réquisitoire de l'ex-ministre Delphine Batho contre la politique de rigueur de Hollande

04/07/13 à 17:18 - Mise à jour à 17:18

Source: Le Vif

(Belga) L'ex-ministre française de l'Ecologie, Delphine Batho, limogée mardi du gouvernement, a livré jeudi un réquisitoire devant la presse contre la politique de rigueur du président socialiste François Hollande qui, selon elle, prépare l'arrivée au pouvoir de l'extrême droite.

France - Réquisitoire de l'ex-ministre Delphine Batho contre la politique de rigueur de Hollande

"Ce que je n'accepte pas, ce n'est pas de faire des compromis, c'est le tournant de la rigueur qui ne dit pas son nom et qui prépare la marche au pouvoir de l'extrême droite dans notre pays", a déclaré l'ex-ministre socialiste lors d'une conférence de presse à l'Assemblée nationale. Mme Batho a été limogée du gouvernement mardi sur décision de François Hollande quelques heures après avoir qualifié sur une radio de "mauvais" un projet de budget 2014 qui prévoit une forte réduction des crédits de son ministère pour l'environnement. Pour réduire le déficit structurel (hors effets de la conjoncture) d'un point de PIB en 2014, conformément aux engagements européens de la France, le gouvernement entend concentrer les efforts à 70% sur les dépenses (13 à 14 milliards d'euros) et à 30% sur les recettes (six milliards). L'ex-ministre, 40 ans, a aussi attaqué frontalement le Premier ministre Jean-Marc Ayrault en l'accusant de procéder "aux arbitrages sans discussion directe avec les ministres concernés". Un temps dénoncée par les écologistes pour ses prises de position trop modérées, elle a accusé le gouvernement d'"avoir cédé à "certaines forces économiques", liées notamment au gaz de schiste et au nucléaire. "Ces forces ne se sont pas cachées de vouloir ma tête mais, si le gouvernement avait été solidaire, elles n'y seraient pas parvenues", selon elle. L'ex-ministre a affirmé que pour sa part "en aucun cas" elle n'avait "manqué à la solidarité gouvernementale", ce que le président François Hollande lui avait reproché la veille en Conseil des ministres. Après son départ du gouvernement, Mme Batho devrait redevenir automatiquement député socialiste dans un mois. (Belga)

Nos partenaires