France - Le suspect poursuivi pour "homicide volontaire" de Clément Méric, prison requise

08/06/13 à 13:08 - Mise à jour à 13:08

Source: Le Vif

(Belga) L'auteur présumé des coups mortels sur un jeune militant d'extrême gauche dans une bagarre avec des skinheads mercredi à Paris va faire l'objet d'une enquête pour "homicide volontaire", a indiqué samedi le procureur de Paris qui a requis le placement en détention provisoire de quatre personnes. Le décès de Clément Méric, 18 ans, est dû aux coups qu'il a reçus au visage et non à sa chute lors de cette bagarre dans le centre de Paris mercredi soir, a indiqué le procureur de Paris François Molins.

L'auteur présumé de ces coups, Esteban, un skinhead de 20 ans, né à Cadix dans le sud de l'Espagne, de nationalité française, va faire l'objet d'une information judiciaire pour "homicide volontaire", a ajouté le procureur lors d'une conférence de presse. Le parquet a requis son placement en détention préventive ainsi que de trois autres personnes, et le placement sous contrôle judiciaire d'une jeune femme. Au total cinq personnes de 19 à 32 ans ont été déférées au parquet. Selon une source policière vendredi lors de leur garde à vue, plusieurs sont connus comme proches du groupuscule Troisième Voie et de son service d'ordre, les Jeunesses nationalistes révolutionnaires (JNR), dont le leader, Serge Ayoub, a nié toute implication dans cette affaire. Le procureur a décrit une "rixe", une "scène de violence avec échange de coups" en s'appuyant sur l'audition de "témoins objectifs", comme deux vigiles de la salle de vente, et des personnes impliquées. Le principal suspect, Esteban, "a reconnu avoir porté deux coups" à Clément Méric, "dont le coup qui l'a fait chuter". Les suspects "prétendent avoir répliqué" aux coups qu'il disent avoir reçu dans un premier temps. Les "premières conclusions de l'autopsie" montrent qu'il y a eu une "multiplicité" de coups et que "le décès n'est pas dû à un hématome qui aurait été causé par la chute par terre mais aux traumatismes crano-faciaux occasionnés par les coups de poing portés à la victime". S'agissant des coups portés sur Clément Meric, "Esteban soutient avoir porté (...) ses coups à mains nues". Un ami de Clément Meric indique toutefois "l'avoir vu avec un poing américain tandis qu'un autre témoin de la scène a évoqué un objet brillant sur les mains". Deux poings américains ont été saisis lors d'une perquisition chez Esteban, a précisé le procureur. (Belga)

Nos partenaires