France: chasse à l'homme pour retrouver le tireur de Libération et de La Défense

18/11/13 à 20:33 - Mise à jour à 20:33

Source: Le Vif

(Belga) Une chasse à l'homme a été engagée lundi à Paris pour interpeller l'homme qui a grièvement blessé par balles un assistant photographe dans le hall de Libération, avant de tirer des coups de feu devant une banque à La Défense.

France: chasse à l'homme pour retrouver le tireur de Libération et de La Défense

Le suspect, "toujours en fuite" et "qui n'a pas été identifié", est également soupçonné d'être l'auteur d'une agression vendredi au siège de BFMTV et d'avoir obligé un automobiliste à le déposer non loin des Champs-Elysées lundi, après les tirs à La Défense, a indiqué le patron de la police judiciaire, Christian Flaesch. "Compte tenu des similitudes entre ces quatre affaires dans le modus operandi, dans le signalement et la tenue vestimentaire de l'auteur des faits, dans les munitions recueillies aussi, la piste d'un auteur unique est privilégiée", a déclaré le procureur de Paris François Molins, en conférence de presse. La brigade criminelle recherche "un homme de type européen âgé de 35 à 45 ans, d'une taille d'1m70 à 1m80 aux cheveux poivre et sel avec, s'il en est toujours porteur, une barbe de deux ou trois jours", susceptible d'avoir porté une "veste trois-quarts kaki", "un pull vert et une doudoune portée sans manches", ainsi que des baskets vertes à semelles blanches. Il porte des lunettes. Le suspect, coiffé d'une casquette et armé d'un fusil à pompe, fait d'abord irruption vers 10h15 au siège de Libération. De deux tirs, il atteint au thorax et à l'abdomen un assistant photographe du supplément Next, avant de prendre la fuite. Selon la direction du quotidien, le blessé "est sorti du bloc opératoire et les médecins sont un peu plus optimistes". Le pronostic vital du jeune homme d'une vingtaine d'années reste engagé, a de son côté affirmé le procureur de Paris. Cette agression est vite reliée par les enquêteurs à l'irruption, trois jours plus tôt, au siège de BFMTV, d'un homme armé, qui avait menacé l'un des rédacteurs en chef de la chaîne. Ejectant deux cartouches de son fusil à pompe, il avait lancé: "La prochaine fois je ne vous raterai pas". Personne n'avait été blessé. (Belga)

Nos partenaires