Formation fédérale - L'ouverture au MR dans les Régions n'est pas une option, selon Magnette

30/06/14 à 11:39 - Mise à jour à 11:39

Source: Le Vif

(Belga) Le PS n'entend pas ouvrir au MR les discussions en cours dans les Régions et à la Fédération Wallonie-Bruxelles, a indiqué lundi le président Paul Magnette à l'issue de son entretien avec l'informateur royal, Charles Michel.

Formation fédérale - L'ouverture au MR dans les Régions n'est pas une option, selon Magnette

"Ce n'est pas une option. Dans un système fédéral, chaque niveau de pouvoir doit avoir sa propre logique", a expliqué M. Magnette. Les socialistes francophones conservent leurs faveurs pour une coalition tripartite, à l'image de la majorité sortante qui a progressé dans son ensemble lors des élections du 25 mai, rappellent les socialistes. Selon une enquête menée par l'Unizo auprès des patrons flamands, 61,8 pc d'entre eux se déclarent favorables à une coalition regroupant la N-VA, le CD&V, le MR et l'Open Vld. Si une tripartie traditionnelle devait être remise sur pied, 46,3% des entrepreneurs interrogés affirment qu'ils reporteraient des investissements prévus et 11,9% envisageraient de délocaliser tout ou partie de leurs activités. "Je mets en garde contre les exclusives. En démocratie, les gouvernements ne sont pas choisis par les patrons mais par les électeurs", a fait remarquer le président du PS. La coalition dite kamikaze, qui associerait uniquement le MR dans les rangs francophones, n'est pas une bonne chose aux yeux du PS. "Elle ne reposerait que sur une petite minorité du côté francophone. Ce n'est pas une bonne idée mais, s'ils prennent cette décision, nous en prendrons acte". L'échange avec l'informateur a porté sur des éléments de fond, a encore dit M. Magnette. Les socialistes ont exposé quelques-unes de leurs priorités qui visent la création d'emplois, le soutien au pouvoir d'achat ou encore la création d'un impôt touchant les grosses fortunes. Avant de s'entretenir avec les présidents du PS, MM. Di Rupo et Magnette, l'informateur a reçu le président de la N-VA, Bart De Wever, qui n'a fait aucun commentaire à sa sortie. (Belga)

Nos partenaires