Formation Bruxelles - Les négociateurs bruxellois attaquent le plat de résistance régional

26/06/14 à 14:49 - Mise à jour à 14:49

Source: Le Vif

(Belga) Les négociateurs bruxellois PS, FDF, cdH, Open Vld, sp.a, CD&V se sont retrouvés jeudi après-midi au parlement bruxellois où ils ont entamé le plat de résistance régional, deux jours après avoir avalé le volet bi-communautaire d'une future déclaration de politique générale.

Formation Bruxelles - Les négociateurs bruxellois attaquent le plat de résistance régional

A leur arrivée, plusieurs d'entre eux ont souligné que leur travail était mené indépendamment de l'évolution de la situation politique au niveau fédéral. Les discussions porteront dans un premier temps sur le chapitre emploi de la note de 50 à 60 pages remise par Laurette Onkelinx aux négociateurs qui ont déjà pu préparer des propositions d'amendements. "Nous parlerons probablement beaucoup emploi. Nous évoquerons aussi les moyens budgétaires pour l'emploi et le développement économique", a affirmé la formatrice Laurette Onkelinx, à son arrivée au 69, rue du Lombard. Globalement, la note de la formatrice semble avoir bénéficié d'un accueil positif à des degrés variables en fonction des interlocuteurs. Ainsi, pour Pascal Smet (sp.a) et Didier Gosuin (FDF), le document constitue une bonne base de travail. Pour Els Ampe (Open Vld), il reste des choses à améliorer. Même son de cloche chez Joëlle Milquet (cdH) pour qui la note de base de Laurette Onkelinx devra encore être précisée en ce qui concerne l'emploi, et le lien entre celui-ci, l'emploi, et la formation. Le document est subdivisé en cinq grands chapitres. Le premier concerne l'emploi et la formation, avec un accent particulier sur les jeunes. Le second l'aménagement du territoire, en ce compris l'aménagement de nouveaux quartiers (logements espaces publics, etc). Viennent ensuite la qualité de vie (sécurité, propreté, mobilité) et le vivre-ensemble, en ce compris l'accueil des primo-arrivants. Enfin, le cinquième chapitre s'intitule "révolutionner la gouvernance". Les négociateurs ont prévus de travailler jusqu'aux environs de 19 heures. (Belga)

Nos partenaires