Fonction publique: l'informatisation de la gestion du personnel aura 2 ans de retard

13/11/12 à 16:41 - Mise à jour à 16:41

Source: Le Vif

(Belga) Le projet eHR d'informatisation de la gestion du personnel de la fonction publique fédérale attendra 2016 pour être finalisé, a indiqué mardi le secrétaire d'Etat Hendrik Bogaert en Commission de la Chambre.

Fonction publique: l'informatisation de la gestion du personnel aura 2 ans de retard

Lancé en 2007, ce vaste chantier informatique devait être clôturé en 2014 mais avant les vacances, la presse a révélé la survenance de problèmes qui ont entraîné un retard et des surcoûts considérables. Un montant de 22 millions d'euros avait été évoqué en plus des 27 millions initialement prévus. Le projet avait été transféré du SPF Personnel et Organisation (P&O) vers un autre service public Fedict à la suite d'un audit très controversé, l'auteur de celui-ci, issu de Fedict, ayant ensuite repris la direction des opérations. Le mois passé, il est également apparu que l'Inspection des Finances avait ouvert une enquête pour fraude: deux hauts fonctionnaires de Fedict ont en effet utilisé de l'argent destiné à un autre projet pour engager un consultant. Interrogé par les députés Muriel Gerkens (Ecolo) et Ben Weyts (N-VA), le secrétaire d'Etat n'a pas souhaité s'exprimer sur l'enquête en cours. Il a rappelé qu'il a réagi dès qu'il est entré en fonction, lorsqu'il a été mis au courant de la situation. Il a choisi de transférer le projet d'un service à l'autre après avoir consulté l'audit et s'être entouré de l'avis des autres départements, des fournisseurs, etc. "Politiquement, j'aurais pu m'en tirer à peu de frais et tout recommencer mais j'ai préféré sauver ce qui pouvait être sauvé", a-t-il ajouté. Le projet ne sera toutefois achevé qu'en 2016. Pour les années 2013 et 2014, la mise en oeuvre de celui-ci restera normalement dans les limites du budget initialement prévu, soit dans les 27 millions d'euros. Les deux députés ont dit rester sur leur faim après les questions qu'ils ont posées au ministre. Mme Gerkens a confié son malaise à l'égard de la gestion informatique de l'Etat où quelques personnes semblaient régner en maître, celles-ci étant "au four et au moulin". (NICOLAS MAETERLINCK)

Nos partenaires