Foire agricole de Libramont - La fin des quotas, un risque mais aussi une opportunité, selon le secteur betteravier

26/07/14 à 19:04 - Mise à jour à 19:04

Source: Le Vif

(Belga) La fin des quotas de production de sucre, prévue en 2017, représente un risque mais aussi une opportunité pour le secteur betteravier en Belgique, ont souligné samedi, dans le cadre de la foire agricole de Libramont, la Confédération des betteraviers belges (CBB) et la Raffinerie tirlemontoise.

"Le 30 septembre, le monde va changer pour nous. Ce sera un vrai bouleversement. Après 30 ans d'existence, il n'y aura plus de quotas", explique Valérie Vercammen, secrétaire générale de la CBB. "Qui dit changement, dit opportunité. Nous aurons la possibilité de produire plus alors que la consommation de sucre augmente de 2% en moyenne par an. Mais il y a aussi un risque de concurrence accrue aux niveaux européen, mondial, pensons au Brésil, et belge". Selon la CBB, les betteraviers belges ne manquent pas d'atouts et figurent "parmi les plus efficaces en Europe", avec des rendements qui augmentent chaque année. Du côté de la Raffinerie tirlemontoise, acteur majeur du secteur, on annonce une production en hausse de 15% d'ici 2017, ce qui permettrait de revenir au niveau d'avant la précédente réforme sucrière de 2006. "On pourra exporter librement hors Europe, il y aura des opportunités. Mais dans un premier temps, on peut s'attendre à une baisse de prix. Il faudra renforcer encore notre compétitivité, qui sera le maître-mot, et réduire les coûts à la tonne", prédit Guy Paternoster, directeur "matières premières" et membres du comité exécutif de Raffinerie tirlemontoise. Pour aborder au mieux cette nouvelle ère qui se profile, le secteur table sur une amélioration du partenariat producteur/planteur déjà existant. Les fabricants et les betteraviers continueront ainsi à conclure des accords interprofessionnels "win-win qui permettront de créer le cadre pour garantir l'accès aux matières premières et partager tant les opportunités que les risques liés aux fluctuations du marché", est-il annoncé. (Belga)

Nos partenaires