Flottille pour Gaza: excuses de Netanyahu à Erdogan, rétablissement des relations

22/03/13 à 16:50 - Mise à jour à 16:50

Source: Le Vif

(Belga) Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a présenté ses excuses au chef du gouvernement turc Recep Tayyip Erdogan pour la mort de neuf Turcs lors de l'arraisonnement d'une flottille pour Gaza en 2010, a-t-on appris de sources concordantes.

Flottille pour Gaza: excuses de Netanyahu à Erdogan, rétablissement des relations

"M. Netanyahu a parlé aujourd'hui avec le Premier ministre Erdogan. Tous deux sont convenus de normaliser les relations entre les deux pays, y compris le retour des ambassadeurs et l'annulation des procédures judiciaires (en Turquie, NDLR) contre des soldats israéliens", selon un communiqué du bureau du chef du gouvernement israélien. "M. Netanyahu a expliqué que les résultats tragiques de la flottille du Mavi Marmara n'étaient pas intentionnelles", soulignant que "l'enquête israélienne avait révélé des erreurs opérationnelles", selon la même source. "Le Premier ministre Netanyahu a présenté ses excuses au peuple turc pour toute erreur ayant pu conduire à la perte de vies et accepté l'indemnisation" des victimes, selon le texte. Déjà tendues à la suite de l'opération israélienne meurtrière "Plomb durci" dans la bande de Gaza (décembre 2008/janvier 2009), les relations entre la Turquie et Israël, alliés stratégiques dans les années 1990, se sont brutalement dégradées le 31 mai 2010 à la suite de l'assaut israélien contre une flottille tentant de briser le blocus du territoire palestinien. Neuf passagers turcs du navire Mavi Marmara avaient été tués, provoquant une crise diplomatique entre les deux pays. Ankara a abaissé le niveau de sa représentation diplomatique en Israël, dont il a expulsé l'ambassadeur, et suspendu la coopération militaire. Auparavant, le président américain Barack Obama s'était félicité d'une conversation téléphonique vendredi entre MM. Netanyahu et Erdogan, souhaitant le "rétablissement de relations positives" entre ces deux alliés de Washington. En février, M. Erdogan s'était attiré des critiques internationales en classant le sionisme parmi les "crimes contre l'humanité". (PVO)

Nos partenaires