Fin de mission pour le satellite GOCE, à court de carburant

21/10/13 à 14:15 - Mise à jour à 14:15

Source: Le Vif

(Belga) Lancé en 2009 pour cartographier les variations de la gravité terrestre, le satellite GOCE a épuisé lundi ses réserves de carburant et fera sa rentrée atmosphérique d'ici trois semaines, a annoncé l'Agence spatiale européenne (ESA).

Fin de mission pour le satellite GOCE, à court de carburant

"Nous pensons que cela prendra pas moins de deux semaines et pas plus de trois", a déclaré le responsable de la mission GOCE, Rune Floberghagen. Attendue depuis plusieurs semaines, la panne sèche est survenue vers 03h20 GMT lundi, a-t-il précisé. L'ESA a déclaré la "fin de la mission" dans un communiqué. La plus grande partie du satellite, long de 5,3 mètres et pesant plus d'une tonne, se désintégrera lors de sa rentrée dans l'atmosphère, selon l'ESA, mais il est probable que des débris "de petite taille" atteindront la surface de la Terre. "On ne peut pas encore prédire à quel moment ni à quel endroit ils pourraient retomber", a ajouté l'ESA, car le satellite ne sera alors plus contrôlé par ses opérateurs. La zone qui pourrait être touchée sera cependant connue un peu plus précisément à mesure que le moment de la rentrée approchera. Depuis mars 2009, GOCE (Mission d'étude de la gravité et de la circulation océanique en régime stable) évolue sur une orbite terrestre "à une altitude exceptionnellement faible pour un satellite de recherche". Son "gradiomètre", l'instrument qui mesure la gravité en 3D, a permis d'établir une cartographie des variations de la gravité terrestre "avec une précision inégalée", a souligné l'ESA. Sans être tout à fait nul, le risque que présente la chute de GOCE pour les Terriens est considéré comme "très faible" par les experts. "Le risque d'être touché par un débris d'engin spatial est 65.000 fois plus faible que celui d'être touché par la foudre", avait affirmé vendredi à l'AFP Christoph Steiger, chef des opérations de GOCE. GOCE a été construit avant l'entrée en vigueur, en 2008, d'un accord international contraignant les satellites scientifiques à se doter d'un système de propulsion qui permet de les faire tomber en mer, loin des zones habitées, à l'issue de leur mission. (Belga)

Nos partenaires