Fédération Wallonie-Bruxelles - Les relations Bruxelles-Wallonie existent, il faut les nourrir, affirme Doulkeridis

20/12/12 à 17:37 - Mise à jour à 17:37

Source: Le Vif

(Belga) Même si tout n'est pas simple, les relations entre les Régions wallonne et bruxelloise existent. Ce n'est pas le cas avec la Flandre qui continue de nier l'existence de Bruxelles en tant que Région, a affirmé jeudi le ministre-président de la Commission Communautaire française de Bruxelles, Christos Doulkeridis (Ecolo), à l'agence Belga.

Le président de la fédération bruxelloise du PS, Rudy Vervoort, a suscité des réactions jeudi en réclamant dans les colonnes de La Libre, une refonte des institutions francophones. Il a estimé que la Fédération Wallonie-Bruxelles n'était pas adaptée pour la Région bruxelloise et remis en cause la "double casquette" du ministre-président Rudy Demotte. Celui-ci a répliqué que le lien entre la Fédération Wallonie-Bruxelles et les institutions bruxelloises, était "une question d'amour", et que cet amour devait être "bilatéral". "Je trouve ces échanges internes au PS un peu pitoyables. La N-VA doit bien rire. Ce n'est pas une question d'amour. La politique n'est pas romantique. Bruxellois et Wallons doivent être capables de faire une évaluation de leurs relations qui se sont clairement améliorées sous cette législature, notamment dans les problématiques des crèches, des infrastructures scolaires ou encore de la charte associative", a commenté pour sa part Christos Doulkeridis. Pour lui, le sujet mérite un débat "constructif et de respect mutuel". Aux yeux de Christos Doulkeridis, le fait d'avoir des ministres communs pour la Région wallonne et la Fédération a été utile pour la Wallonie, "mais pas totalement suffisant pour Bruxelles". "Si on veut que cet équilibre également pour Bruxelles, il faudrait qu'à côté d'une présidence accordée au ministre-président wallon, un ministre bruxellois puisse occuper un poste en vue comme celui du Budget, un peu à l'image de l'équilibre qui prévaut entre ministres francophones et flamands au sein du gouvernement bruxellois", a-t-il encore dit. (CHRISTOPHE KETELS)

Nos partenaires