Expulsion d'un plombier afghan - Navid Sharifi "n'a rien à cacher"

30/09/13 à 12:44 - Mise à jour à 12:44

Source: Le Vif

(Belga) Le plombier afghan menacé d'expulsion, Navid Sharifi, espère toujours pouvoir rester en Belgique, malgré les soupçons qui pèsent sur lui. Selon Pieter-Jan Staelens, son avocat contacté lundi par l'agence Belga, le jeune homme "n'a rien à cacher" et le fait que celui-ci a fui l'Iran après avoir blessé un homme lors d'un conflit entre familles afghanes n'est pas une raison pour ne pas le régulariser.

"Je peux vous assurer qu'aucun procès n'est en cours contre Navid Sharifi", poursuit l'avocat, dont l'objectif principal est d'obtenir la régularisation de son client. "Un retour en Afghanistan serait plus que dangereux et mon client est parfaitement intégré dans notre société." Le Commissariat général aux réfugiés et apatrides (CGRA) a déjà jugé six fois, depuis l'arrivée du jeune plombier en Belgique, que celui-ci ne remplissait pas les conditions pour obtenir le statut de réfugié. "Nous avons une nouvelle fois fait appel contre la décision (du refus de lui accorder un titre de séjour), mais nous savons que nous nous battons avec l'énergie du désespoir." Une demande d'asile se distingue d'une demande de régularisation, à laquelle le plombier a droit, selon son avocat, car "une procédure de régularisation n'est soumise à aucunes règles". "Nous attendons patiemment la décision de l'Office des étrangers, qui devrait vraiment prendre en considération la sécurité d'emploi dont dispose Navid, et nous espérons l'aide de la secrétaire d'Etat Maggie De Block, dont la compétence joue beaucoup dans ce type de dossier", conclut l'avocat. Navid Sharifi, habitant de Waregem, réside depuis deux mois au Centre pour illégaux de Bruges. (Belga)

Nos partenaires