Expulsion au Gesù - "Oui au dispositif hivernal mais sans moyens régionaux en plus"

04/11/13 à 14:12 - Mise à jour à 14:12

Source: Le Vif

(Belga) La ministre bruxelloise Evelyne Huytebroeck (Ecolo) n'est pas opposée à une mobilisation du dispositif d'urgence hivernal destiné aux SDF pour accueillir une partie des personnes expulsées du squat du Gesù, mais elle déplore la précipitation avec laquelle l'expulsion a été organisée à l'initiative du bourgmestre de Saint-Josse Ten Noode.

Expulsion au Gesù - "Oui au dispositif hivernal mais sans moyens régionaux en plus"

Des mesures en vue du relogement se mettent en place depuis plusieurs jours. Dans ces conditions, il n'est pas question que la Région débloque des moyens financiers complémentaires au montant de 1,1 millions d'euros qu'elle y consacre actuellement, a-t-elle dit à l'agence Belga. "Les bourgmestres peuvent décider seul, mais j'ai dit au représentant d'Emir Kir que je déplore la précipitation avec laquelle la mesure d'expulsion a été prise car ce n'était pas la seule manière de résoudre le problème", a commenté la ministre, à l'issue d'une rencontre avec le président du CPAS de la Ville de Bruxelles Yvan Mayeur et avec un représentant du bourgmestre de Saint-Josse Emir Kir. Evelyne Huytebroeck a souligné que la Strada, centre d'appui au secteur de l'aide aux sans-abri, a proposé de mettre sur pied il y a quelques jours une cellule d'appui avec du personnel pour reloger rapidement les gens. La ministre a confirmé ce que le président du CPAS de la Ville de Bruxelles, Yvan Mayeur, avait indiqué plus tôt dans la journée: le Samusocial est disposé à contribuer à un accueil d'urgence, mais il demande du personnel et des moyens supplémentaires. Sur ce point, Mme Huytebroeck se veut très claire: la Région ne peut donner davantage de moyens que ce qu'elle consacre actuellement au dispositif hivernal "pour répondre à des meures précipitées décidées ailleurs". En tant que ministre de l'Aide à la Jeunesse, à la Fédération Wallonie-Bruxelles, Evelyne Huytebroeck s'est dite préoccupée du sort des enfants. Elle a demandé que la commune octroie en priorité les 50 places de relogement qu'elle a pu trouver, aux enfants, et aux familles. (Belga)

Nos partenaires