Explosions marathon Boston - "La rue est devenue une zone de guerre"

16/04/13 à 10:55 - Mise à jour à 10:55

Source: Le Vif

(Belga) "Il est actuellement 03h15 du matin mais nous ne sommes pas encore parvenus à trouver le sommeil", a indiqué Serge Withofs, un opticien de 46 ans, originaire de Puurs (province d'Anvers), qui participait au marathon de Boston. "Les images de la rue qui s'est transformée en zone de guerre restent dans notre tête", a-t-il expliqué à l'agence Belga.

"Si j'étais arrivé une heure plus tard, j'aurais pu faire partie des victimes. Ma femme, ma fille et son amie qui m'attendaient à l'arrivée pour me supporter auraient également pu être touchées. C'est une chance que j'ai bien couru aujourd'hui, les explosions se sont produites peu après que nous avons regagné notre appartement à environ 300 mètres de la ligne d'arrivée", a ajouté Serge Withofs. Ce dernier et les membres de sa famille sont retournés peu après sur les lieux du drame. "La rue était devenue une zone en guerre: des gens couchés au sol appelaient des secours, les forces de l'ordre et les ambulanciers étaient en panique. C'est une situation que nous ne connaissons pas en Belgique. On voit ça seulement dans les films catastrophes." Les gens sont d'autant plus choqués car cela s'est produit lors d'un événement sportif, a-t-il également expliqué. Deux bombes ont explosé lundi lors du marathon de Boston, événement sportif emblématique aux Etats-Unis, tuant trois personnes et faisant une centaine de blessés. Plus de 27.000 personnes, dont 23 Belges, participaient au marathon. (Belga)

Nos partenaires