Examen des ressources pour les chômeurs - "Je n'ai jamais dit que quelqu'un devait vendre sa maison"

10/05/14 à 13:54 - Mise à jour à 13:54

Source: Le Vif

(Belga) "Dans notre programme politique, il est spécifiquement écrit que la propre maison doit être exemptée de l'examen des ressources pour les personnes qui tombent sous le coup du revenu d'intégration. Si j'ai donné l'impression que quelqu'un devait d'abord vendre sa maison, c'était une erreur", a indiqué samedi matin Jan Jambon lors d'une conférence de presse, après la polémique née de ses propos dans une interview publiée par Het Nieuwsblad. "Cette citation ne figure pas dans l'article. On veut nous dépeindre comme un parti asocial", a ajouté de son côté Bart De Wever, président de la N-VA.

Examen des ressources pour les chômeurs - "Je n'ai jamais dit que quelqu'un devait vendre sa maison"

Het Nieuwsblad écrivait samedi matin que selon Jan Jambon, les chômeurs qui ne trouvaient pas d'emploi après trois ans devraient d'abord déclarer l'ensemble de leurs ressources avant de pouvoir obtenir un revenu d'intégration. "Cela signifie qu'ils doivent d'abord vivre avec les revenus tirés de leur maison et de leur compte d'épargne", expliquait M. Jambon. Le titre de l'article "D'abord vendre la maison, puis seulement le revenu d'intégration" ("Eerst huis verkopen, dan pas leefloon") est en contradiction avec le programme de la N-VA, insiste Jan Jambon. "Nous sommes submergés de réactions négatives et nous le comprenons. Elles seraient d'ailleurs justifiées si c'était effectivement ce que nous proposions. Mais ce n'est pas le cas. Dans notre programme électoral, il est spécifiquement écrit que la propre maison doit être exemptée de l'examen des ressources pour les personnes qui tombent sous le coup du revenu d'intégration. Si j'ai donné l'impression que quelqu'un devait d'abord vendre sa maison, c'était une erreur." "Je n'ai pas lu cette citation qui se trouve dans De Standaard et Het Nieuwsblad", précise M. De Wever. "Elle ne figure pas dans l'interview. Si l'enregistrement de l'interview devait prouver que ça a effectivement été dit, ça serait très regrettable. Deux semaines avant les élections, il faut rectifier ce genre de choses directement. Si ce n'est pas rectifié, ça sera dans tous les débats des deux prochaines semaines." Jan Jambon et Bart De Wever rejettent l'image de leur parti comme un parti "asocial". Het Nieuwsblad a publié l'entièreté de l'interview sur son site internet et affirme que Jan Jambon a relu l'article deux fois avant sa publication. (Belga)

Nos partenaires