Europe14 - Les libéraux européens veulent parler "programme" avant "candidat" pour la Commission (déclaration)

27/05/14 à 18:11 - Mise à jour à 18:11

Source: Le Vif

(Belga) Les chefs d'Etat libéraux et les responsables des libéraux européens (ALDE) ont insisté sur l'importance de parler du contenu du programme à mettre en oeuvre les cinq prochaines années avant de décider qui doit être désigné candidat à la présidence de la Commission européenne, ont-ils indiqué avant une réunion préparatoire du Conseil européen de mardi soir.

Le président de l'ALDE réunissait au Cercle de Lorraine le candidat de son parti à la Commission européenne, Guy Verhofstadt, les commissaires européens sortants Sim Kallas et Olli Rehn et plusieurs chefs de gouvernement, parmi lesquels le Néerlandais Mark Rutte et le Luxembourgeois Xavier Bettel. Guy Verhofstadt a indiqué à son arrivée que "tout dépendra du programme", mais il a estimé qu'une majorité sans les libéraux serait une majorité fragile. Les conservateurs du PPE et les socialistes (S&D) obtiennent ensemble 404 sièges, selon les dernières estimations, soit près de 30 de plus que la majorité absolue. "Ce doit être un des candidats (portés par les partis européens, ndlr), il doit rassembler une majorité et le plus fort doit faire la première tentative", a poursuivi M. Verhofstadt. "Mais vous êtes Belges, je suis Belge, et on sait qu'il faut parfois plusieurs tentatives." "D'abord, nous devons réfléchir à ce que la Commission va faire maintenant, elle va devoir mettre des priorités qui auront trait à la croissance de l'emploi et de la prospérité", a pour sa part déclaré Mark Rutte. "Ensuite on parlera du candidat à la Commission européenne." Le Premier ministre néerlandais a rappelé que la désignation d'un des cinq candidats portés par les partis à la tête de la Commission n'a jamais été pour lui "un automatisme". "D'abord le contenu. Les résultats donnent un signal clair: moins de règles, plus d'emplois." Le Premier ministre luxembourgeois, Xavier Bettel, a quant à lui estimé que le futur président de la Commission devrait être choisi parmi les cinq candidats issus du Parlement. "Si on a désigné des têtes de liste, ce n'est pas pour rien et j'espère que ce soir on arrivera à donner un mandat à une de ces têtes de liste", a-t-il commenté. "Je pense que l'Europe doit montrer un signal et ne pas rester encore des semaines et des semaines dans l'expectative." (Belga)

Nos partenaires