Espionnage Belgacom - Milquet soutient Didier Bellens

18/09/13 à 09:13 - Mise à jour à 09:13

Source: Le Vif

(Belga) La ministre de l'Intérieur Joëlle Milquet (cdH) a soutenu mercredi Belgacom et en particulier son CEO Didier Bellens, accusé mardi par le député CD&V Roel Deseyn d'avoir caché des informations en sa possession au sujet de présumées fuites de données dans l'entreprise. Roel Deseyn avait sommé Didier Bellens de venir s'expliquer devant la commission de l'Infrastructure de la Chambre, le soupçonnant ouvertement de ne pas avoir tout dit en temps opportun à ce sujet.

Espionnage Belgacom - Milquet soutient Didier Bellens

Selon Joëlle Milquet, interrogée à ce sujet mercredi matin par la Première (RTBF), dès que Belgacom s'est rendue compte, "sur base d'une analyse via entreprise extérieure" de fuites de données vers l'extérieur, elle a porté plainte. Selon la ministre de l'Intérieur, cela s'est fait "dans la confidentialité auprès des services adhoc. Belgacom a également aussitôt procédé à un nettoyage du réseau et à sa protection". Jusqu'à présent, a-t-elle estimé, le parquet et la police ont très bien fait leur travail face aux moyens sophistiqués déployés. Mardi, Belgacom avait nié "avec force" avoir transmis de fausses informations au parlement et au gouvernement, comme l'avait affirmé un peu plus tôt le député CD&V Roel Deseyn. Le groupe télécom indique que son compte-rendu de l'intrusion numérique était "entièrement correct". Roel Deseyn avait posé une question écrite le 2 mai à propos d'éventuelles fuites de données au ministre de tutelle Jean-Pascal Labille. "Belgacom a transmis sa réponse au ministre le 10 mai et a dit n'avoir pas eu vent de la moindre fuite de données dans l'entreprise", a indiqué Belgacom à l'Agence Belga. Selon Belgacom, les experts en sécurité de la société n'ont découvert que le 21 juin les premières traces d'un logiciel malveillant dans le système informatique interne de l'entreprise. Le 25 juin, l'entreprise a fait appel à des spécialistes externes pour examiner ces traces plus avant. Dès qu'il a été constaté qu'il s'agissait d'une intrusion numérique, le comité de direction a été informé, le 16 juillet. (Belga)

Nos partenaires