Espagne: la justice confirme la liberté conditionnelle pour un etarra malade

12/09/12 à 21:33 - Mise à jour à 21:33

Source: Le Vif

(Belga) La justice espagnole a confirmé mercredi la décision controversée d'accorder la liberté conditionnelle à un membre de l'ETA gravement malade et dont la situation avait suscité une vague de protestations au sein des détenus de l'organisation séparatiste basque.

L'audience nationale, principale instance pénale espagnole, "a confirmé, par quatre voix pour et une contre, la liberté conditionnelle" accordée par un juge d'application des peines, a indiqué une source judiciaire. Cette confirmation signifie que Iosu Uribetxeberria, qui souffre d'un cancer en phase terminale, va pouvoir sortir de prison. Le 30 août, José Luis Castro, juge principal de l'application des peines auprès de l'Audience nationale, avait décidé de lui accorder la liberté conditionnelle mais le ministère public avait immédiatement fait appel, suspendant la décision. Elle a suscité une vive polémique en Espagne, dénoncée notamment par des associations de famille de victimes d'attentats de l'ETA. M. Uribetxeberria avait été condamné en 1998 à 32 ans de prison pour l'enlèvement d'un fonctionnaire pénitentiaire, Jose Antonio Lara, qui avait été retenu en otage pendant 532 jours - la prise d'otage la plus longue de l'histoire de l'ETA. Il avait mené une grève de la faim du 8 au 22 août, dans le but d'obtenir sa libération pour raison de santé. Sa situation a provoqué un mouvement de solidarité chez les quelque 700 prisonniers de l'ETA détenus en Espagne et en France dont certains, jusqu'à plus de 200 dans une même journée, avaient eux aussi décidé d'observer une grève de la faim. (DGO)

Nos partenaires