Espagne: devant le juge, les experts en désarmement de l'ETA assurent vouloir coopérer

23/02/14 à 16:49 - Mise à jour à 16:49

Source: Le Vif

(Belga) Les experts internationaux en désarmement de l'ETA ont affirmé vouloir "coopérer" avec la justice espagnole et assuré qu'il existait une "véritable occasion" pour la paix au Pays Basque, après avoir été interrogés dimanche sur leur rencontre en janvier avec des militants du groupe basque.

Vendredi à Bilbao, au Pays Basque, la Commission internationale de vérification du cessez-le-feu avait annoncé un premier geste de désarmement du groupe séparatiste, après avoir constaté que l'ETA "a mis sous scellé et hors d'usage opérationnel une certaine quantité d'armes". A l'appui de ce geste, une vidéo tournée dans un lieu inconnu montrait deux militants cagoulés, présentant un petit stock d'armes et d'explosifs à deux des experts, le président sri-lankais de la Commission, Ram Manikkalingam, et le sud-africain Ronnie Kasrils. Alors que ce groupe d'experts en conflits n'est pas reconnu par le gouvernement espagnol, qui refuse toute négociation avec l'ETA, une association de victimes, Covite, a demandé que ses membres soient entendus par la justice pour fournir des informations sur le lieu où ont été tournées les images. Devant le juge Ismael Moreno de l'Audience nationale, le tribunal de Madrid chargé des affaires de terrorisme, les experts ont affirmé, selon une source judiciaire, qu'ils "ne connaissaient ni l'identité des hommes qu'ils ont rencontrés, ni l'emplacement des caches d'armes de l'ETA". Créée en septembre 2011, cette commission travaille depuis en coulisses, nouant des contacts avec les différents secteurs de la société basque ainsi que des contacts, directs et indirects, avec l'ETA. (Belga)

Nos partenaires