RDC : les gorilles du parc national des Virunga menacés par une exploration pétrolière

25/09/12 à 11:58 - Mise à jour à 11:58

Source: Le Vif

Le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) a autorisé la firme britannique SOCO à entamer l'exploration pétrolière dans le parc national des Virunga (est), classé au patrimoine mondial de l'UNESCO, posant un risque potentiel pour les gorilles menacés d'extinction, rapportent mardi plusieurs médias.

RDC : les gorilles du parc national des Virunga menacés par une exploration pétrolière

© Reuters

Les intérêts économiques du pays priment sur les considérations environnementales dans ce parc, a indiqué lundi le ministre congolais des Hydrocarbures, Crispin Atama Tabe, cité par des agences de presse internationales.

M. Atama Tabe a souligné que l'exploration pétrolière dans le parc pourrait favoriser la paix et améliorer la sécurité dans l'est de la RDC, en proie à des violences récurrentes, en particulier la province du Nord-Kivu.

Même si l'exploitation des nombreuses ressources minières de la région a jusqu'ici provoqué l'effet contraire, et de nombreux groupes et milices s'affrontent pour prendre le contrôle des revenus générés par l'exploitation - souvent illégale - des ressources minières.

La société britannique Soco (South Africa Congo Oil) a obtenu du gouvernement de Kinshasa l'autorisation - controversée - de prospecter dans le bloc V du rift Albertin, dans le parc des Virunga, le plus ancien parc national d'Afrique.

La décision d'autoriser l'exploration pétrolière - mais pas encore l'exploitation - dans une section du parc abritant environ 200 gorilles avait été ensuite été suspendue en 2011 par le ministre de l'Environnement, sous la pression internationale.

En mai, treize organisations non gouvernementales, notamment belges, avaient appelé le président congolais Joseph Kabila et son nouveau gouvernement à réviser l'octroi de permis autorisant l'exploration pétrolière dans le parc des Virunga, estimant que la biodiversité de cette aire protégée risque d'en pâtir.

Le Vif.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires