Pour Barack Obama, le changement climatique menace la sécurité des Etats-Unis

20/05/15 à 22:24 - Mise à jour à 22:24

Source: Belga

"Le changement climatique est une menace pour la sécurité de notre pays": devant les jeunes officiers de l'Académie des garde-côtes, Barack Obama a insisté mercredi sur l'impact du réchauffement, en particulier la hausse du niveau de la mer, sur la défense des Etats-Unis.

Pour Barack Obama, le changement climatique menace la sécurité des Etats-Unis

© Reuters

A New London (Connecticut, nord-est), le président a mis en avant la nécessaire adaptation des forces armées américaines, de l'Alaska à la Floride, face à la fonte du permafrost, la montée du niveau des océans, ou encore les sécheresses prolongées. "Vous faites partie de la première génération d'officiers qui va commencer à servir dans un monde où les effets du changement climatique se font clairement sentir", a-t-il dit.

Mettant en garde contre le coût des changements à venir, il a cité une estimation selon laquelle une montée des eaux de 30 centimètres d'ici la fin du siècle pourrait coûter 200 milliards de dollars aux Etats-Unis. Et souligné que le niveau de la mer dans le port de New York avait déjà augmenté de 30 cm en un siècle. Le département de la Défense (DoD) a lancé une étude pour évaluer la vulnérabilité des quelque 7.000 bases et installations de l'armée américaine, a précisé la Maison Blanche.

"A travers le monde, le changement climatique augmente les risques d'instabilité et de conflits", a martelé M. Obama, évoquant une augmentation à venir du nombre de "réfugiés climatiques". "Aucune nation n'est épargnée", a-t-il mis en garde. "Ne vous y trompez pas, il aura un impact sur la façon dont notre armée doit défendre notre pays", a-t-il ajouté, évoquant de profonds ajustements dans l'organisation, l'entraînement et la protection des infrastructures.

M. Obama, qui quittera la Maison Blanche en janvier 2017, a haussé le ton depuis quelques mois sur le changement climatique, sujet sur lequel il avait peu bougé durant son premier mandat, en partie en raison de l'opposition du Congrès.

Nos partenaires