Plongeurs de l'extrême, indispensables maillons de la science en Arctique

16/08/15 à 15:07 - Mise à jour à 15:03

Source: Belga

Comment les algues réagissent au réchauffement de l'océan Arctique? Quelles transformations subit la faune des fjords? En quête de réponses, les chercheurs font appel à des plongeurs prêts à travailler dans des eaux glacées pour récolter des échantillons.

Plongeurs de l'extrême, indispensables maillons de la science en Arctique

© F. Buyle/nektos.net (Somewhere club)

"Sans eux, nous ne pourrions pas mener à bien nos projets", confie sans détour Cornelia Buchholz, spécialiste de biologie marine, en mission à Ny-Ålesund, sur l'île du Spitzberg, au coeur de l'Arctique norvégien. Ce village, occupé par des mineurs jusqu'au début des années 60, est aujourd'hui entièrement dédié à la science. Entre mi-avril et fin août, lorsque le soleil ne se couche pas, des dizaines de chercheurs y séjournent.

Le lieu, qui bénéficie d'installations exceptionnelles malgré sa latitude extrême (à 1.000 km du pôle Nord), est un poste d'observation privilégié du changement climatique, beaucoup plus marqué dans l'ensemble de la zone arctique.

Sous l'eau, à Ny-Ålesund, le réchauffement se traduit déjà par l'apparition de nouvelles espèces de krill (mi-crevettes) et de poissons (cabillaud atlantique, maquereaux).

"Les scientifiques nous donnent une sorte de 'liste des courses' ", résume à l'AFP Max Schwanitz, 52 ans, un plongeur travaillant depuis 1994 pour la station de recherche franco-allemande. "Ils indiquent par exemple le type, la taille et la quantité d'algues qu'ils veulent et à quelle profondeur".

Fin juillet, l'eau de surface était selon lui entre 3 et 7°C dans le fjord. Mais plus tôt dans la saison, le plongeur s'est déjà glissé dans une eau à moins 2°C. "L'eau salée gèle moins facilement que l'eau douce, autour de moins 2,6°C ici", rappelle le professionnel. La plongée sous la glace, elle, reste rare dans cet endroit.

Avec lui, deux étudiants, Mauritz Halbach, 24 ans, et Anke Bender, 29 ans, forment la seule équipe de plongée présente tout cet été à Ny-Ålesund. "Évidemment, la température est le côté extrême des plongées ici", explique Mauritz, étudiant à Oldenbourg (Allemagne). Mais ailleurs, "lorsque la visibilité est très mauvaise ou les courants très forts, des plongées peuvent aussi être extrêmes", dit-il humblement.

Les mains, talon d'Achille

Malgré des gants adaptés, "les mains sont toujours un problème, car c'est la partie du corps la plus sensible au froid", explique l'étudiant allemand. "Nous restons en général 30 à 45 minutes dans l'eau. On peut aller jusqu'à 1h30, mais là, on a vraiment froid aux mains", complète Max Schwanitz.

Au-delà de l'inconfort, cela peut aussi handicaper le travail de précision parfois requis pour fixer au fond des instruments de mesure permanents (température, luminosité, turbidité, appareil photo, etc.), l'autre facette des besoins des scientifiques, en plus du ramassage d'échantillons.

Pour le reste du corps, la combinaison en néoprène de 7 mm d'épaisseur est un bon rempart contre le froid. "Nous mettons aussi des sous-vêtements chauds, comme au ski", précise Anke Bender, doctorante en biologie marine à Rostock (Allemagne). Entre le matériel et un lestage de 18 à 20 kg, les plongeurs sont alourdis d'une quarantaine de kg.

Outre le froid, la sécurité est l'autre grande préoccupation du trio. Et des assurances, qui ont des exigences précises. Lorsque l'un d'entre eux se met à l'eau, "un autre est équipé et prêt à plonger en cas de problème, et le dernier est aux commandes du bateau", précise Max Schwanitz.

En 2005, l'installation sur la base d'un caisson de décompression, indispensable en cas d'accident de plongée grave, a beaucoup allégé la procédure. Auparavant, raconte-t-il, il fallait chaque matin s'assurer que la météo était suffisamment bonne pour qu'un avion puisse venir de Longyearbyen, la principale ville du Spitzberg, pour aller jusqu'au nord de la Norvège continentale, à Tromso, qui est doté de cet équipement. En tout près de quatre heures de trajet.

"Nous plongeons en général jusqu'à 18-20 mètres, la plupart des expériences ici se faisant à cette profondeur, ce sont des plongées sûres", relativise Max Schwanitz, en montrant le caisson tout blanc jamais utilisé, sauf pour des exercices.

En savoir plus sur:

Nos partenaires